• Chapitre 159: it’a Kind of Magic

     Beth se réveilla, le soleil lui chatouillant la joue. Elle s'étira se frottant les yeux, en les ouvrant elle ne vit personne à côté d'elle. Surprise, elle regarda autour d'elle son visage se décomposant en se rendant compte qu'Ulysse n'était pas là. Elle se demanda si elle n'avait pas rêvé de la journée et même de la soirée d'hier mais en sentant la délicieuse douleur de son corps, elle sut que non. Elle se rallongea dépitée. C'est fini pensa-t-elle, il ne voudra plus jamais me voir... il... je l'ai perdue, pourquoi ? Pourquoi j'ai fait ça ! Pensa la blonde en sentant les larmes lui venir aux yeux et lentement se mettre à couler sur ses joues. Elle pleura silencieuse, ayant l'impression de sentir son cœur se briser. Elle cacha son visage de ses mains, les larmes perlant lentement sous ses doigts de pianiste.

     

    Ulysse s'était réveillé de bon matin. A vrai dire, il n'avait pas vraiment dormi, il avait surtout passé la nuit à réfléchir. Au petit matin, son ventre se manifesta, il avait faim et il était temps de se lever. Chose assez inhabituelle, il décida d'aller déjeuner. Il regarda Beth, cette dernière était encore profondément endormie. Ulysse se leva doucement pour ne pas faire de bruit et eu pour idée d'aller chercher des pains au chocolat. Ça faisait toujours plaisir. Quand il revint de la boulangerie et après avoir préparé le plateau repas, il monta dans la chambre avant de s'apercevoir que Beth était réveillée et en pleurs. Il se précipita aussitôt à ses côtés.

    - Beth, Beth ! Dis-moi ce qui ne vas pas ?

    Elle entendit la voix d'Ulysse et sentit un poids près d'elle. Elle ouvrit les yeux et vit le jeune homme la mine inquiète au-dessus d'elle.

    - U-Ulysse ?

    Elle se redressa essuyant ses yeux,

    - Je... J’ai cru que tu étais parti..., murmura la blonde d'une voix tremblante.

    - Pourquoi je partirais ? dit-il en la prenant dans ses bras.

    - Je ne sais pas, murmura-t-elle.

    - Tu sais que je t'ai dit que je ne t'abandonnerais jamais.

    Beth fut rassurée par ces mots et hocha la tête puis demanda,

    - Où étais-tu ?

    Ulysse alla chercher le plateau qu'il avait déposé sur la commode.

    - J'étais parti faire le petit déjeuner. J'ai acheté des pains au chocolat.

    Beth le regarda puis écarquilla les yeux en voyant le plateau de petit déjeuner.

    - Oh ! Ulysse... Dit Beth en de l’enlacer. Elle avait eu envie de l’embrasser mais s’était retenue au dernier moment, tu es parfait, murmura-t-elle doucement.

    - Je sais, on me le dit tout le temps, dit Ulysse avec un petit sourire.

    Beth déposa un baiser sur sa joue au coin des lèvres du jeune homme.

    - Je devrais t'en faire plus souvent, dit-il avec un petit sourire.

    - De quoi ?

    - Des petits déjeuners

    - Ah, je... j'ai pas l'habitude, c'est toujours moi qui les faits d'habitudes, dit la blondinette en rougissant

    - Raison de plus !

    - Merci, murmura-t-elle posant sa tête contre son épaule.

    - Mais de rien, dit-il en déposant un baiser sur son crâne.

    Beth se mordit la lèvre, avant de timidement prendre un pain au chocolat. Ulysse prit un pain à son tour avant de le manger, silencieusement. Beth prit son petit déjeuner le sourire aux lèvres, il avait pensé à tout. Elle se laissa aller contre lui, tranquillement. Elle repensait à la soirée, ayant encore l'impression de rêver. Beth finit de petit déjeuner et regarda Ulysse, se mordant la lèvre, elle ne savait pas trop comment se comporter, elle avait à la fois envie de l'embrasser, se lover contre lui et en même temps de se cacher. Elle serrant légèrement la couverture sur son corps.

    - Tu as froid ? demanda Ulysse

    - Un peu dit la blonde en serrant la couette contre elle

    Ulysse passa ses bras autour de la jeune femme avant de la serrer contre lui.

    - Je me demande vraiment comment tu fais pour avoir toujours froid comme ça.

    - Je t’ai déjà expliqué..., Murmura la jeune femme. Se laissant aller contre lui un peu mal à l'aise, gênée par sa nudité.

    - Moui mais je suis idiot, j'ai déjà oublié.

    Beth rit levant la tête et embrassa doucement la mâchoire d'Ulysse avant d'expliquer à nouveau la raison de son corps si froid,
    - Lorsque je suis née mon sang ne circulait quasiment pas, j'ai dû rester à l’hôpital de nombreux mois après ma naissance avant de pouvoir sortir, mais du coup ma température corporelle est beaucoup plus basse que la normale. C'est aussi pour ça que je supporte très mal la chaleur. Elle ne dit pas tout, certes il était vrai qu’elle avait toujours eu un problème de circulation sanguine mais, son corps si froid était aussi dû au fait, qu’elle n’était pas seulement humaine. Elle était une magicienne, même si ces dons n’étaient pas très développés comme ceux de son père ou de sa grand-mère maternelle. Elle avait tout de même assez de magie en elle pour pouvoir l’utilisé. Et puis, tu sais que je ne suis pas totalement humaine, à cause de mon père je suis magicienne, descendante de Merlin, ajoute-t-elle.

    - Ah oui… Attend. Merlin… Merlin L’enchanteur ? demanda Ulysse un peu incrédule.

    - Oui, il a eu deux filles, Elena et Elora, ma grand-mère, a épousé mon grand-père. Ils ont eu quatre enfants, Maïween, Trey, mon père, ainsi que les jumeaux, Eddwin et Maëlyn.

    - Et en quoi ça joue sur ta chaleur corporelle ?

    - Mon père dit que c’est parce que mes pouvoirs sont à leur apogée durant les périodes froides, et donc que mon corps est constamment froid pour que je ne sois jamais sans défense.

    - C'est quand même étrange tout ça.

    - On a tous nos étrangetés, dit la blonde en posant sa tête contre Ulysse.

    - A part moi, qui est la perfection même, dit Ulysse en riant.

     

    Beth rit, caressant distraitement le bras d'Ulysse qui l'entourait, la couverture ayant glissée dévoilant légèrement la douce courbe de sa poitrine. Ulysse qui avait remarqué que la couverture avait glissé commença à loucher sur la poitrine de Beth. Celle-ci ne semblait pas s’en être rendu compte et caressait toujours distraitement le bras d'Ulysse, lovée contre lui. Sa tête reposant sur son épaule, elle admirait son visage. Bougeant légèrement la couverture glissa un peu plus dévoilant un peu plus de son corps nu, laissant Ulysse découvrir la peau d'un blanc laiteux. Ulysse prit la couverture du bout des doigts, voulant la remettre en place. Il resta un moment suspendu, observant la jeune femme. Si belle dans le plus simple des appareils. Finalement, il céda à ses pulsions et se rapprocha de Beth avant de l'embrasser. Beth sursauta ne s'attendant absolument pas à ça. Elle passa ses bras autour de son cou, répondant à son baiser avec douceur appréciant la chaleur de ses lèvres et leur goût sur les siennes. Ulysse la fit basculer sur le côté avant de se pencher au-dessus d'elle.

     

    Beth sentit son cœur bondir dans sa poitrine, elle enfoui ses mains dans ses cheveux, caressant ses mèches courtes de ses doigts agiles. Ulysse lui fit à nouveau l’amour, doucement tendrement les emmenant vers l’orgasme avec adresse.

    « Chapitre 158: Serre moi, encore serre moi, jusqu’à étouffer de toi.Chapitre 160: I need you to reach me teach me how to love »

  • Commentaires

    2
    Mardi 14 Janvier à 10:16

    Voila, Beth s'est attristée pour rien, il voulait juste lui faire la surprise d'un petit déjeuner au lit : c'est adorable comme attention :-)

    Oh oh... Ulysse est un coquin, il a envie de recommencer tongue

    1
    Mardi 10 Décembre 2019 à 19:20

    allez, on a entendu 20 ans pour un bisou et maintenant ils copulent comme des lapins héhé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :