• Chapitre 148: I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Le temps avait filé depuis l'arrivée d'Ulysse à Aurora Skies. Maintenant, le jeune homme s'était pleinement intégré au lycée et même dans la ville entière, avec une personnalité comme la sienne, difficile de passer inaperçu. Son amitié avec Beth s'était renforcée et la jeune fille était devenue de moins en moins timide en sa présence. Maintenant, il y avait un vrai petit groupe d'amis autour d'eux, alors que Sabrina, Émeric et Cie faisaient profils bas même s'ils sortaient toujours de temps en temps les crocs, toutefois Ulysse ne se gênait pas pour les remettre à leur place.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Aujourd'hui était une journée semblable aux autres : cours, cours, glandage, cours, la matinée était longue. Trop longue au goût d'Ulysse.

    - J'ai faaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaim ! se plaignit le jeune homme entre deux cours. J'ai tellement faim que je pourrais manger un éléphant tout entier ! Il soupira avant de poser sa tête sur l'épaule de Beth, Bordel j'ai faim quoi, répéta-t-il une dernière fois... Au cas où si on n’avait pas compris,

    Beth regarda son ami lui ébouriffant les cheveux avant de dire

    - Tu dis ça simplement parce que c'est moi qui vais préparer notre repas pour midi. Voyant son ami continuer à se plaindre, elle leva les yeux au ciel et sortit de son sac deux sablés qu'elle avait fait le matin même avant de partir. Tiens espèce de ventre, dit-elle en souriant.

    - Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaan. Merci ! T'es la meilleure ! Je t'adore, je te vénère, je te voue un culte ! dit-il avant de se jeter sur les gâteaux tel une personne n'ayant pas mangé depuis des mois. Alors que les deux jeunes gens discutaient tranquillement lorsqu'ils furent interrompus par une tête brune qui se jeta autour de la taille d'Ulysse.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    - Lylyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy, hurla celle-ci.

    - Ouch. Salut Mona, dit-il avec un petit sourire.

    - Tu m'as tellement manqué !

    - On s'est vus hier soir.

    - Oui mais bon, j'ai envie de passer du temps avec mon petit ami, dit la jeune femme en resserrant son étreinte autour d'Ulysse

    - Whohohohohohoho, dit ce dernier en s'écartant de la jeune femme, j’ai jamais dit que j'étais ton copain hein ?

    Le visage de Mona se décomposa aussitôt.

    - Comment ça ?

    - Mais tu sais bien que je ne suis pas du genre à me stabiliser. J'ai trop d'amour à revendre moi...

    - Je... Je...

    - Je suis désolé hein mais, on peut rester amis quand même...

    - Je ne sais pas.

    - ... Avec les avantages bien sûr.

    La réaction ne se fit pas attendre et la main de Mona atterrit sur la joue d'Ulysse avant de grogner un « Connard ! » et partir.

    - Ouch, ça fait mal, se plaignit Ulysse.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth regarda son ami dépité, il était adorable mais, il n'avait aucun tact lorsqu'il s'agissait de rompre avec ses filles d'un soir. Elle soupira discrètement,

    - Une fille au cœur brisée fais bien plus mal qu'une gifle d'une énervée...

    Elle croqua dans un bout du biscuit qu'Ulysse n'avait pas terminé. Le voir revenir chaque jour accompagnée d'une fille différente lui faisait mal au cœur sans qu'elle ne sache vraiment comment se l'expliquer. Elle adorait Ulysse, le considérait même comme son meilleur ami, mais... Chaque fois qu'elle le voyait avec une autre fille, il y avait comme un étau qui lui serrait le cœur et la gorge. Pourquoi ? Mystère... Finalement elle regarda la joue d'Ulysse comme à chaque fois et après une minutieuse inspection qu'elle ponctuait de différentes grimaces pour l'inquiéter, elle déclara

    - J’ai malheureusement le regret de t'annoncer que ta superbe gueule d'ange... Elle s'arrêta faisant languir son ami, n'aura absolument aucune marque. Tu veux un bisou magique pour faire passer la douleur peut être ?

     - Ouf, je suis sauvé alors, ce serait triste d’abîmer mon si joli minois. Mais bon... Je ne lui ai pas brisé le cœur. Fin'... Tout le monde sait que je ne suis pas le genre de personne à rester dans une longue relation et quand on commence à se voir, les cartes sont posées d'entrée de jeu... Ça n'est pas de ma faute si j'aime tout le monde... Ulysse sourit à la proposition de son amie, Oh oui, les bisous magiques. Ça guérit tous les maux du monde !

    Beth déposa un rapide baiser sur la joue d'Ulysse humant au passage son odeur,

    - Tiens, il est nouveau ce parfum, c'est quoi ? Demanda la blondinette en se reculant. Elle était très attentive aux détails et se rendait rapidement compte de ce genre de chose. De plus, elle préférait fermer le sujet "amour d'un soir" n'ayant pas envie de se glisser là-dedans et ainsi ré-ouvrir le débat comme quoi il fallait qu'elle se trouve un gentil garçon. Entre son frère, sa sœur et lui, elle n'avait pas un instant où on lui fichait la paix ! Surtout qu'elle avait déjà l'homme qui lui fallait : son meilleur ami, enfin c'est ce dont elle tentait de se convaincre. Cela marchait plus ou moins bien même si elle niait même à elle-même ce qu'elle ressentait.

    - Euuuh j'sais pas. J'suis pas du genre à retenir le nom des marques...

    - Il sent bon j'aime mieux que celui de l'autre jour, il était trop fort.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    La jeune fille leva la tête en sentant quelque chose de froid tomber sur sa tête. Il commençait à neiger. Son regard s'illumina comme celui d'une gamine au matin de Noël.

    - Il neige ! Dit-elle dans un murmure excité. Elle leva la tête offrant son visage aux légers flocons qui commençait à tomber. Elle avait l'air d'un petit ange ainsi.

    - Ça me fait vraiment bizarre de voir de la neige aussi tôt. D'habitude à Isla Paradiso, à cette période, on est encore en short et en tong.

    Beth éclata de rire avant de regarder Ulysse avec un grand sourire

    - On est en hiver et, qui plus est, dans une région vraiment au nord donc on a vite de la neige. Et encore, cette année, elle est arrivée tard ! ajouta la blondinette

    - Ouais. A Isla, on n’avait jamais de neige. Heureusement qu'on va au ski tous les ans car sinon ça aurait été la première fois que j'en vois !

    Beth fait une fausse moue déçue

    - Dommage j'aurais aimé voir ta tête la première fois que tu as vu la neige !

    - J'aurais eu une tête de demeuré... Tu sais, un peu comme la vidéo du bébé qui a peur d'un éternuement.

    - Tu avais peur de la neige ?? Demande Beth surprise.

    - Non. Mais, ça surprend toujours la première fois. Un peu comme quelqu'un de la ville qui découvre la mer pour la première fois.

    - Oui, dit la jeune fille avant d'ajouter, j'espère qu'on pourra faire des bonhommes de neige....

    - On est pas un peu trop vieux pour faire des bonhommes de neiges ? Attends... Naaaan y'a pas d'âge pour ça, ça serait trop cool !

    Beth commence à le regarder avec des yeux ronds avant de faire un grand sourire,

    - Exactement ! Il n'y a pas d'âge !

    - Enfin pour l'instant ce n'est que des petits flocons. Des flocounets. Des floquichounets même.

    Beth le regarde avec une moue boudeuse,

    - Maiseuh ! Bientôt tu verras tout sera blanc et tu regretteras ça !

    - J'attends le jour où il y aura assez de neige pour skier !

     Beth éclata alors d'un rire franc et clair avant de serrer Ulysse dans ses bras.

    - Promis, on ira faire du ski, dit l'adolescente.

    - Tu vas voir, je suis ultra méga doué en snowboard.

    - Hm, pour l'instant tout ce que je vois c'est qu'on va encore être en retard en cours ! Dit la blonde en attrapant son sac de cours et remonter les escaliers pour accéder aux bâtiments.

    - Roooh un retard de plus ou un retard de moins... On est plus à ça près...

    - Tu n'es plus à ça près, aller viens. C'est la prof canon en plus, dit Beth sachant que cela persuadait Ulysse.

    - Ah, tu sais trouver les mots justes ! Allons-y alors !

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth rit à la remarque de son ami puis traversa les couloirs avant d'aller s'installer à leur place habituelle. Elle s'installa près de la fenêtre sortant son matériel avant de regarder au dehors la neige qui continuait à tomber. Elle regardait par la fenêtre écoutant d'une oreille distraite la professeure lorsqu'elle entendit le professeur l'appeler

    - Excusez-moi, je n'ai pas bien entendu.

    - Pourriez-vous lire le passage de la page 16 s'il vous plait Mlle Myrdyr ?

    Beth se leva et commença à lire la professeure l'écouta puis interrogea Ulysse,

    - Mr Malek, répondez à la question 6 s'il vous plait.

    Ulysse qui était lui aussi perdu dans ses pensées (et dans le décolleté de la prof) mit un temps avec de capter que la prof lui demandait la réponse. Merde, il avait rien écouté.

    - Help, murmura-t-il à Beth dans l'espoir qu'elle l'aide

    Beth se rassit montrant au passage la question de son ami, sachant qu'il connaissait le texte qu'il étudiait actuellement par cœur.

    - Merci, chuchota-t-il à Beth avant de s'adresser à voix haute, Oui, donc Stendhal appartenait au mouvement du romantisme. Cependant dans La Chartreuse de Parme, il s'inscrit dans un cadre réaliste. Pour autant, Stendhal insuffle une bonne part d’imagination à l’histoire, notamment dans les lieux traversés. La description topographique de la ville se montre volontiers fantaisiste, selon les désirs de l’auteur. On peut voir là l’un des traits récurrents du roman, propre au style de Stendhal : le recours à l’ironie pour sublimer la fiction.

    - Bien Mr Malek. Quelqu'un d'autre veut ajouter quelque chose ?

    Une élève leva la main, ajoutant un léger point, enfin approfondissant le même point qu'Ulysse venait de soulever.

    - Tu as une touche, chuchota discrètement Beth à son ami, sentant son cœur se serrer. La jeune fille était plutôt jolie, assez mignonne et discrète, cependant lorsqu’elle se rassit après avoir répondu, elle jeta un long regard appuyé au jeune blond. Pas si discrète et timide que ça...pensa Beth avant de reprendre sa contemplation de l'extérieur, gribouillant parfois de temps à autre quelques phrases qui formeraient une nouvelle composition.

    - J'ai des touches avec tout le monde, dit Ulysse non sans orgueil.

    - Oui... dit la jeune fille pensive, elle commença à écrire une phrase avant de s'arrêter en plein milieu ce qui ne lui arrivait jamais "Goutte de givre, glaçant un cœur blessé, figeant dans sa brume... " Elle regarda sa feuille comme surprise. Qu'est-ce qu'il m'est donc passé par la tête ? se demanda la jeune fille.

    - Tu me feras lire après. demanda Ulysse qui voyait que son amie était concentrée sur son petit carnet, C'est une affirmation. Pas une question.

    - Mais...je..., elle se mit à rougir et allait effacer son texte mais Ulysse comme ayant senti son geste l'en empêcha. Elle se mordit la lèvre avant de regarder à nouveau dehors, cherchant ce qu'elle pourrait bien mettre à la suite.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Ulysse prit rapidement le carnet avec que Beth n'efface quelque chose

    - Hop hop hop je veux tout lire moi !  Ulysse prit son temps pour lire le texte de son amie avant de s'exclamer, c'est vachement bien ! Quoique... Un peu triste. Un message à faire passer ? Beth rougit

    - Pas du tout... ! Je, envie d'écrire quelque chose de nouveau, tenta-t-elle d'expliquer.

    - D'accord, si tu le dis. Mais quand on écrit un texte... Ce n'est pas anodin, ça vient du fond de notre cœur... Tu sais que tu peux tout me dire ma p'tite Beth, dit-il en reposant sa tête sur sa table.

    - Oui, je sais, c'est pas pour rien que tu es mon meilleur ami... Mais tu sais qu'il y a des choses dont j'aurais encore besoin d'un peu de temps avant de temps parler...

    En disant ces mots, elle faisait référer aux nombreuses questions qu'Ulysse lui posait sur la cause de ses cicatrises aux poignets, et à chaque fois elle se braquait, ne se sentant pas encore prête à ouvrir la porte de ses souvenirs-là... Ensuite, la façon dont elle dit sa phrase était normale mais, elle avait l'étrange impression qu'elle essayait de se convaincre elle-même qu'il n'était que son meilleur ami, rien de plus pour elle.

    - Oui je comprends et je ne vais pas te brusquer, ne t'en fais pas mais, je voulais juste te dire que j'étais là pour toi. C'est très important pour moi que tu saches ça.

    Beth toucha son avant-bras sur la table le serrant, lui montrant ainsi toute sa reconnaissance à défaut de pouvoir le serrer contre elle.

    - Je te dirais, je te l'ai promis, mais... C'est encore trop récent... murmura-t-elle bougeant à peine les lèvres, le nez penché sur le livre entre eux, comme elle avait appris à le faire.

    - Ne t'en fais pas, dit Ulysse en lui prenant la main, tu me parleras quand tu le voudras.

    Beth hocha la tête, savourant le contact de sa main contre la sienne. Elle serra sa main en retour essayant de se reconcentrer distraitement sur le cours mais n'y arrivant que partiellement trop concentrée sur la main d'Ulysse. Il avait la peau douce... Ulysse essayait de suivre le cours mais ce dernier ne l'intéressait guère. À vrai dire, il avait déjà étudié ce programme dans son ancien lycée.

    - Je m'ennuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie, dit-il avant de bailler.

    Beth ricana,

    - Tu t'ennuies toujours en cours nounours, dit-elle en l’appelant par le surnom qu'elle avait trouvé quelques jours après leur rencontre.

    Elle lâcha sa main prenant quelques notes avant de se remettre à écrire, retravaillant son texte mais bloquant toujours sur la fin.

    - Tu as raison mais... J'y peux rien si je m'ennuie. Rester le cul vissé sur une chaise, ce n’est pas fait pour moi...

    - Bah écoute, courage, il reste 10 min et après on rentre, et on va manger. Et après, musique ! dit la blondinette avec un sourire. C'était devenu leur petit rituel, après les cours, ils se retrouvaient toujours chez l'un ou l'autre, plus souvent chez Beth qui habitait plus près. La jeune femme préparait le déjeuner et il passait le reste de l'après-midi à faire leur "devoirs" et à composer ensemble.

    - Encore 10 longues interminables minutes à entendre Mme Johnson dire que Stendhal est mort en 1842 alors que c'est quelque chose que touuuuuuuut le monde sait.

    - Mon dieu, encore 10 longue minutes à être obligés de regarder cette horrible prof ? chuchota la jeune fille ironiquement en haussant un sourcil.

    - Ouais enfin si son cours pouvait être aussi intéressant que son cul se serait mieux...

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth pouffa discrètement, c'est vrai que Mme Johnson n'était pas des plus intéressante, outre sa plastique de rêve qui faisait baver, restons polis, chaque mâle de la classe. La blondinette finit de noter son cours, marquant les recherches qu'elle devait faire pour la suite du cours. La sonnerie retentit et chacun s'empressa de partir. Beth fit tranquillement son sac ne supportant pas d'être bousculée par cette masse humaine qui devenait animale lorsque sonnait la pause déjeuner et ici, la fin de leur cours.

    - Allez, on y va !dit Ulysse en passant son bras autour du sien, Grosse bouffe a faim !

    - Oui oui monsieur l'estomac on y va ! Se faufilant dans les dédales de couloir elle alla jusque sa voiture, jetant leur affaire sur la plage arrière, ils prirent la route en direction de la maison de Beth. Une fois arrivée, ils allèrent prendre le repas dans la cuisine avant de monter dans la chambre de l'adolescente.

    - Puiif, ça fait du bien de rentrer ! Dit la jeune fille en s’asseyant en tailleur sur son lit.

    Ulysse quant à lui se laissa tomber comme une masse sur le lit

    - On fait une petite sieste digestive ou on joue maintenant. La première option me plaît bien.

    Beth bailla,

    - Comme tu veux, je suis bien pour la première aussi, j'ai pas beaucoup dormi aussi....

    - Oh mais il faut dormir la nuit ma petite Beth ! ... Enfin je ne dors pas des masses non plus.

    - Pourquoi tu ne dors pas toi ? Demanda l'adolescente en se calant contre son meilleur ami.

    - A ton avis, dit Ulysse avant de rigoler dans sa barbe

    - Sport de chambre ? dit la blondinette en fermant les yeux.

    - Gagné !

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth rit doucement, avant de se serrer contre Ulysse. Il peut sentir qu'elle est plus froide qu'à l'accoutumée. Elle se tasait sur la cause de ses insomnies, toujours la même depuis plusieurs mois.

    Finalement, la fatigue gagna Ulysse et celui-ci fini par s'endormir, toujours avec Beth dans ses bras

    Beth s'endormit à son tour, blottit contre lui. Son souffle doux et régulier uniquement altéré par le mouvement de la cage thoracique d'Ulysse. Finalement au bout de trente minutes, peut-être une heure, peut-être plus... Il ne le savait pas. Ulysse immergea de sa sieste. Il remarqua que Beth était toujours endormie, recroquevillée contre lui. Beth était légèrement crispée contre lui, chose inhabituelle. Elle semblait même agitée, ses mains agrippées à son t-shirt. Sa respiration s’accéléra. Ulysse qui remarqua que Beth s'agitait et posa une main sur son épaule. Il ne savait pas vraiment comment réagir. Devait-il la réveiller ou pas ? Beth commença s'agiter de plus en plus.

    - Non... marmonna-t-elle. Beth commença s'agiter de plus en plus.

    Ulysse qui voyait que Beth s'agitait de plus en plus et qui n'aimait pas la voir dans cet état décida de la réveiller en passant doucement sa main dans ses cheveux.

    - Eh Beth, princesse, réveille-toi, dit-il doucement. Beth s'agitait dans les bras d'Ulysse mais lorsque celui-ci passa sa main dans les cheveux de la jeune fille, elle ouvrit les yeux dans un sursaut. Son regard était à la fois paniqué et effrayé, elle mit quelques instants avant de reprendre totalement ses esprits et ainsi pouvoir se dire qu'elle était en sécurité...

    - Alors, on a fait un vilain cauchemar ? demanda le jeune homme en riant.

    Beth hocha difficilement la tête, son cœur battant la chamade. Elle avait vraiment eu l'impression de revivre ça, et c'était fort désagréable. Encore une fois son sommeil était perturbé par ses innombrables cauchemars.

    - Tout va bien ? demanda Ulysse en glissa une mèche folle de Beth derrière son oreille

    Beth secoua, après une hésitation, négativement la tête. Elle se força à respirer doucement, regardant le plafond au-dessus d'elle, essayant de maîtriser la panique qui lui déforme le cœur.

    - Hey, quoi que c'était comme cauchemar, c'est fini maintenant... Ok ?

    Beth hoche la tête, murmure d'une petite voix

    - Je peux avoir un câlin ?

    - Mais bien sûr. Tu n'as même pas besoin de demander ! dit-il avant de la serrer dans ses bras.

    Beth se serra contre lui, fermant les yeux et s'imprégnant de la chaleur du corps de son meilleur ami. Elle était gelée, et son cauchemar l'avait bien plus secouée qu'habituellement. Peut-être était-ce la présence d'Ulysse qui la faisait se sentir aussi vulnérable face à ce dernier ? Elle n'en savait rien, mais pour une fois, elle fut contente de ne pas être seule pour traverser son cauchemar...

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Ulysse serra Beth contre elle, passant la main dans ses cheveux pour la calmer. Il n'aimait pas la voir dans cet état. Il l'aurait bien questionnée sur la nature de son cauchemar mais, il se doutait que c'était en rapport avec ce que Beth gardait pour elle. Il avait envie de la questionner, de lui dire que ce n'était pas bon de garder ça pour elle mais, il comprenait que la jeune femme ait encore des réticences à lui en parler et ne voulait pas la brusquer. Beth se laissa aller contre lui, elle ressentait le besoin de se confier mais, elle n'osait pas, de peur d'être jugée. Et surtout, de peur de perdre l'amitié d'Ulysse. Il était son seul et unique ami et elle ne voulait surtout pas le perdre. Comment ferait-elle sans lui ? Elle respira un bon coup avant de dire,

    - On va jouer ?

    - Oui, tu as raison ça va nous faire du bien.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth sourit doucement avant de se reculer lentement des bras de son ami. Elle fit quelques pas dans la chambre avant de s'installer à son synthé tandis qu'Ulysse prenait sa guitare

    - Bon... On joue quoi ?  demanda le jeune homme.

    - Hm.... Brooklyn de Woodkid ? proposa la blondinette.

    - Hell yeah ! Ça me va totalement ! dit Ulysse avant de commencer à jouer les premières notes.

    Beth se joignit à lui, son sourire se détendant petit à petit sous la mélodie. Elle joignit sa voix au début de la chanson, instinctivement. Elle jouait totalement à l'oreille, ne faisait rien d'autre que laisser libre cours à sa passion. Ulysse continua à jouer, se calant sur le rythme de Beth. Lui non plus n'avait pas besoin de partitions. Cette chanson, il l'avait écoutée et réécoutée, jouée et rejouée. Il la connaissait par cœur. À la fin de la chanson, il reposa sa guitare avant de se tourner vers Beth.

    - Tu sais, on devrait faire un groupe ensemble, lui dit-il.

    À vrai dire, c'est une idée qui lui trottait dans la tête depuis déjà un long moment mais, connaissant la timidité de son amie, il ne savait pas vraiment si elle allait accepter ou non.

    - Sérieusement ? demanda la blondinette surprise avant de sourire. Elle adorerait faire un groupe avec Ulysse, elle y avait pensé, mais elle ne sentait pas forcément méritante de le faire. Le fait qu'Ulysse le proposer la fit remonter dans sa propre estime. Se regarda Ulysse en se mordant la lèvre, souriant en même temps.

    - Bien sûr. Pourquoi je te le proposerais si je n'étais pas sérieux ?

    Beth se leva et alla serrer Ulysse dans ses bras.

    - Avec grand plaisir alors, dit la jeune fille n'y croyant pas.

    - Super ! s'exclama Ulysse avec un grand sourire, On va gérer à mort !

    Beth hocha la tête avec enthousiaste

    - Oui !

    - On sera super célèbre, tout le monde voudra voir nos concerts, on fera des plateaux télés, les femmes jetteront leurs culottes sur scène...  Dit-il en rigolant.

    Beth se raidit légèrement à la mention des plateaux télé et des femmes.

    - Oui enfin, calme-toi hein, on en est loin pour l'instant Ulysse, dit Beth gênée.

    - Certes, mais il faut avoir de l'ambition !

    - Mhm enfin, toi tu as déjà les culottes de toutes celles et ceux que tu veux… dit Beth espiègle.

    - Hmmmm. C'est pas faux ! dit Ulysse avant de rigoler, ... Dis comme ça, ça fait vraiment gros fétichisme dégueulasse.

    -  Mais c'est pas ce que tu es ? dit Beth jouant la fausse surprise

    - Un fétichiste des culottes non. Un fétichiste d'autre chose peut-être.

    - Ooooh je vois, dit Beth d'un air conspirateur.

    -Un fétichiste des chips au vinaigre et du whisky, dit-il en hochant la tête.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth éclata d'un rire franc, elle adorait Ulysse, son sérieux en disant les plus grosses âneries du monde avait toujours eu le don de la faire rire. On toqua à la porte et une femme entra,

    - Bonsoir les enfants, dit-elle avec un sourire, tout va bien ?

    - Oui maman, dit Beth en souriant.

    - J'ai fait des pizzas, tu resteras bien manger avec nous Ulysse ? Proposa Laelynn en souriant.

    - Pizza Pizza in my tummy ! Me so hungie me so hungie !  dit Ulysse en faisant une petite danse, ... Ça veut dire oui.

    Laelynn sourit avant de dire,

    - Je vous attend dans 10 min en bas pour mettre la table, et Beth ?

    - Oui maman ?

    - Darryl est rentré.

    - Vrai de vrai ? demanda la jeune fille en souriant de toutes ses dents.

    - Oui, il sera là pour le dîner.

    - Yes ! dit la jeune fille, elle adorait littéralement son grand frère et avait hâte qu'il rentre de l'université.

    - Hey ! Maintenant que j'y pense, dit Ulysse en emboîtant le pas de Beth, Je n'ai jamais rencontré ton frère.

    - Oui, c'est vrai, en même temps il est en études, moi-même je ne le vois pas beaucoup, dit Beth. Je suis contente qu'il soit rentré ! dit la blonde avec une excitation qui ne lui est pas coutumière.

    - Tant mieux pour toi alors ! dit Ulysse en lui donnant une petite pichenette.

    Beth sourit à son ami puis mit la table avec son aide. Pendant que Laelynn finissait de faire cuire les pizzas, les deux adolescents s'installèrent devant la télévision regardant leur série préférée.

    - BON ! dit Ulysse en s'installant devant la télé, Depuis la blinde qu'on attend la suite de cette série, j'espère que ça va roxer du poney !

    - J'espère aussi ! La jeune fille se calant contre son ami tout en regardant la télévision.

    - Je suis ultra-impatient que l'épisode commence !

    Beth donna un léger coup de coude à son ami, lui signifiant de se taire alors que l'épisode commençait. Lorsque le générique commença, Ulysse commença à le fredonner doucement, Beth fredonna avec lui, regardant avec plaisir défiler les images à la télé.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Dans la cuisine, Laelynn surveillant les pizzas tout en regardant les deux adolescents, elle était vraiment heureuse que sa fille ait trouvé un ami aussi gentil qu'Ulysse, et espérait secrètement qu'il y ait plus qu'une amitié entre les deux jeunes. Ulysse était vraiment à fond plongé dans l'intrigue de la série si bien qu'il ne parlait plus (chose assez rare pour être soulignée). Beth fut légèrement surprise par le silence de son ami mais ne s'en souciait pas, trop concentrée dans l'épisode.

    - Les enfants, mettez en pause, les pizzas sont chaudes ! dit Laelynn en sortant la dernière pizza du four à bois.

    Au même moment, Daryl passait la porte d'entrée en s'avançait dans la maison

    - Yo ! s'exclama le jeune homme avec un grand sourire. Beth en le voyant, bondit sur ses pieds et courut jusqu'à lui avant de lui sauter dessus pour le serrer dans ses bras. Daryl rit en cueillant sa cadette avant de la serrer contre lui en retour.

    - Tu m'as manqué... murmura la blondinette.

    - Toi aussi petite ange, ça fait du bien de rentrer à maison...

     Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth serra longtemps son frère dans ses bras, elle qui était toujours très réservée, même avec Ulysse bien qu'elle se soit détendue, se lâchait complètement en présence de son aîné.

    - Hey salut, tu dois être Daryl, dit le jeune homme en lui tendant la main, Moi c'est Ulysse.

    - En personne ! Enchanté ! Dit Daryl, en prenant la main tendue d'Ulysse après avoir relâché sa petite sœur. C'est donc lui le fameux Ulysse dont tu me rabats les oreilles depuis des semaines ? dit le brun avec un sourire taquin.

    - Daryl ! dit Beth en rougissant tandis Ulysse explosait de rire.

    - Haha ! J'en étais sûr que tu parlais tout le temps de moi.

    - Au moins à chaque conversation qu'on a ! s'exclama le brun en riant de plus belle en voyant sa petite sœur se ratatiner. Je te taquine sœurette, c'est bien que tu te sois fait un ami avec...

    - Tais-toi. Dit Beth en se redressant et en regardant Daryl.

    - Oh. Je vois. Breeef, dit-il pour changer de sujet, Je vais dire bonjour aux autres ! Sur ses mots et après avoir planté un baiser sonore sur la joue de sa sœur, il alla saluer sa mère et le reste de sa famille.

    - Alors comme ça je suis ton sujet de conversation préféré ? demanda Ulysse en lui tirant la langue.

    Beth lui tira la langue en retour.

    - Évidement, c'est pas les potins qui manquent avec tes conquêtes, dit la blondinette en le taquinant. Son cœur battait la chamade, son aîné avait failli révéler ce dont elle n'était pas prête à parler. Elle sourit à Ulysse avant d'ajouter

    - C'est surtout lui qui me demande, il est plutôt... méfiant. Ce qui est compréhensible pensa la blonde.

    - Ah oui ? Avec une sœur comme toi, il n'y a pas de quoi être méfiant. Beth rit un peu nerveusement

    - Tu comprendras... plus tard... pourquoi il est si méfiant. Je suis assez naïve tu sais, qui me dit que tu n'es pas plein d'attentions étranges à mon égard, dit-elle pour alléger l'atmosphère.

    - Ok, je vois... Après ça va, tu n'es pas comme Gwen qui tombe tout le temps amoureux de garçons qui ne l'aiment pas en retour.

    Beth rit encore plus nerveusement,

    - Oui, enfin c'est pas drôle pour elle quand même...

    Elle sent son cœur se serrer, pensant, si tu savais Ulysse...

    - Ouais. Peut-être... Enfin bon, c'est un vrai cœur d'artichaut. Donc je pense que j'ai plus de soucis à me faire avec ma sœur que Daryl avec toi.

    - Je te laisserai juger... On passe à table ? Proposa la blondinette assez mal à l'aise de la tournure que prenait la conversation

    - Oui ! J'ai faim !

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth entraîna son ami et s'installa à sa place habituelle tandis que sa sœur faisait le service, un sourire radieux sur le visage. Son père s'installa non loin de la cuisine tandis que Laelynn s'installait à sa droite, et Daryl presque face à Ulysse, Beth étant assise à côté de son papa.

    - Bon appétit, dit Ulysse avec un grand sourire.

    - Bon appétit, répondirent les Myrdyr en chœur. Puis tout en mangeant toute la famille discuta, Daryl racontait ses études, tandis que Beth mangeant en écoutant attentivement, elle rirait de temps à autre mais était assez discrète comme à son habitude. Maggie quant à elle taquinait aussi bien Ulysse que Daryl. Daryl regarda Ulysse, l'inspectant du regard, il avait l'air d'un chic type, mais le brun se méfia, il était peut-être le meilleur ami de sa sœur, mais tant qu'il n'aurait pas fait ses preuves avec lui, il ne l'accepterait pas complètement.

    - Alors, tu te plais ici ? Mister Ulysse, dit-il amicalement en croquant dans sa part de pizza.

    - Ouais. C'est vraiment sympa !

    - Pas trop dépaysé avec la neige ?

    - Si. Passer de 30° à -10 ça fait très bizarre !

    - J'imagine bien ! Et tu fais quoi d'autre outre de la musique et les mêmes cours que ma sœur ?

    - Hmmmm de tout et de rien. Mais bon, pas grand-chose de particulier.

    - Je vois je vois, et côté amour ? Tu dois en faire tourner des têtes, dit-il avec un sourire étrange. Il semblait assez taquin. Beth manqua de s'étouffer avec sa part de pizza, pourquoi fallait-il toujours que son frère se mêle de ce qui ne le regarde pas ?

    - Haha, c'est exactement le cas, dit Ulysse en riant.

    - Oh, tu n'es donc plus un cœur à prendre j'en connais qui vont être déçus alors ! Il jeta un regard discret vers Beth souriant en la voyant rougir. Beth prit un peu d'eau.

    - Tu t'étouffes petit ange ? dit Daryl en regardant sa cadette.

    -Non j'ai mis trop de sauce piquante ! répliqua Beth.

    - Oh mais mon cœur peut être pris par plusieurs personnes, répondit le blond à l'adresse de Daryl.

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Daryl haussa un sourcil, en voilà un qui n'est pas sérieux pensa le brun, il ne répliqua pas, lui-même n'était pas un modèle de fidélité même si, il n'avait jamais été avec plusieurs filles en même temps, ses petites amies n'avaient jamais duré longtemps, sa plus longue relation avait duré un an. Il regarda Beth, s'inquiétant légèrement pour sa sœur. Elle en est amoureuse, même si elle ne s'en rendait pas encore compte, mais cet amour est à sens unique... Il n'ajouta rien souriant simplement à Ulysse avant de se remettre à manger. Le repas se termina finalement.

    - Bon, on retourne voir l'épisode ? demanda Ulysse, Benedict Cumberbatch et son accent me manquent déjà.

    - Je te rejoins vas-y, dit Beth en débarrassant la table.

    - Tu as besoin d'aide pour débarrasser ?

    Beth secoua la tête,

    - Vas-y j'arrive, tu me raconteras ce que j'ai loupé. Daryl se leva avec ses parents et ils allèrent tous trois discuter à l'étage dans la bibliothèque, tandis que Maggie se levait et allait dans sa chambre.

    - T'es sûre ? Ça me dérange pas de t'aider hein.

    - Sûre, j'ai juste à mettre au lave-vaisselle, pendant qu'il parlait la blondinette avait déjà pris la moitié des assiettes sur la table.

    - Ok. Comme tu veux. À tout de suite alors !

    Beth lui sourit puis alla mettre les assiettes au lave-vaisselle avant d'à nouveau rejoindre son ami sur le canapé, se réinstallant contre lui.

    - Qu'est-ce que j'ai loupé ?

    -Pas grand chose. Pas de bisous entre John et Sherlock, hélas.

    - Rooooh ! Ils pourraient quand même depuis le temps !

    - MAIS OUI !

    Chapitre 148:  I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok.

    Beth regarda l'écran, sa tête posée sur l'épaule d'Ulysse. Elle était un peu engourdie, mais resta concentrée sur ce qu'il se passait.

    Au bout d'un moment, l'épisode se finit

    - Bon..., demanda Ulysse, t’en as pensé quoi ?

    - Toi d'abord.

    - J'AI ADOREEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !

    - Same !

    - Raaaaaaah ! Maintenant je suis trop impatient pour avoir la suite !

    - Oui ! J'espère qu'elle sera tout aussi bien !

    - Ouiiiii ! Ulysse regarda l'heure sur son portable, Bon, vu l'heure je ferais mieux d'y aller. Y'a cours demain. 'Fin je sais qu'à la maison l'épisode a été vu aussi et qu'on en parlera pendant des heures.

    - Oui, il vaut mieux que tu rentres dormir un peu, répondit Beth. Elle se leva et raccompagna Ulysse. Tu veux que je te ramène ? demanda-t-elle

    - Non c'est bon, t'en fais pas. J'vais juste récupérer ma guitare dans ta chambre

    - Sûr ?

    - Mais oui t'inquiètes. C'est pas comme si je ne connaissais pas le chemin,

    - Hm, je veux un sms dès que tu rentres alors. C'est pas tout près quand même !

    - T'en fais pas ma p'tite Beth, j'suis un grand garçon.

    - Bah faut bien que quelqu'un s'en fasse pour toi ! Autant que ce soit moi, dit la jeune fille en souriant

    Ulysse rit avant de récupérer sa guitare

    - Allez, à demain princesse ! dit-il avant de lui déposer un bisou rapide sur la joue.

    - À demain ! Dit Beth en le raccompagnant puis, le regardant s'éloigner jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus le voir. Une fois cela fait, elle remonta dans sa chambre, se doucha et se mit rapidement au lit.

    « Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn manChapitre 149: And then you just took it... without waiting for an answer. It was so intimate; like we were already lovers. »

  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Janvier à 10:46

    C'est bien que Beth s'est fait enfin un petit groupe d'ami(e)s grâce à Ulysse.

    eek Ooooh... Ulysse s'amuse avec plein de filles, ne veut pas de relation stable.

    Mince,  Beth a des sentiments pour lui, et, ce n'est pas réciproque. En même temps c'est mieux pour elle que cela ne le soit pas, s'il ne veut que des filles d'un soir...

    Mignon Daryl, et, protecteur avec sa petite soeur yes

    J'espère que l'on sera ce qui est arrivé à Beth pour le passé.

     

    Super chapitre, hâte de lire la suite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :