• Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Quelques jours étaient passés depuis qu'Ulysse avait fait sa grande rentrée et ... Tout s'était passé pour le mieux. Il avait déjà sympathisé avec plein de monde, certains plus que d'autres ou même des gens encore plus en profondeur.  Aujourd'hui, c'était enfin le week-end et le jeune homme comptait en profiter. Il avait l'intention de faire une énorme fête et pour cela, il avait invité quasiment l'intégralité du lycée.

    Alors qu'il se baladait avec sa chienne, il décida de passer par le parc et fut heureux de croiser une p'tite tête blonde qui ne lui était pas inconnu. Sans aucune hésitation, il alla la voir.

    - Heeeeeeeeeey. Beth ! Salut ! dit-il avant de s'asseoir à ses côtés. Comment ça va depuis la dernière fois ? J'ai essayé de te recroiser au lycée mais... Il est plutôt grand et je me suis plus perdu qu'autre chose... Tu fais quoi d'beau ?

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

     Beth qui était assise sur un banc en train de lire sursauta entendant une voix qu'elle connaissait. Levant le nez elle vit Ulysse ainsi qu'une magnifique chienne se diriger vers elle.

    - Bonjour Ulysse ! Bonjour toi , dit-elle en faisant sentir sa main à la chienne avant de lui caresser doucement la tête.

    - Je lisais, je profite qu'il ne fasse pas encore trop froid pour lire dehors... Ah, c'est vrai que le lycée est grand. A vrai dire, elle avait plutôt essayé de l'éviter, elle ne voulait pas lui attirer plus d'ennuis qu'elle ne l'avait déjà fait mais elle l'avait observé, et elle avait fini par s'avouer qu'elle aurait aimé plus le connaître. Alors ta rentrée s’est bien passée ? Reprit-elle en tournant la tête vers lui, un petite mèche rebelle tombant devant ses yeux.

    - OOOOH Tu lis quoi ? demanda Ulysse en prenant le livre qu'elle avait reposé, Les mots de Sartre ! OOUH ! J'adore ce bouquin aussi. Je l'ai lu une bonne vingtaine de fois, je ne m'en lasse pas ! Et puis la jeune femme demanda si la rentrée d'Ulysse s'était bien passée. Ouais ! A l'aise. La plupart des gens sont sympas, je me suis bien intégré. Et toi ? Qu'est-ce que tu racontes de beau ?

    Beth sourit, elle adorait ce livre aussi

    - Ce doit être la quarantième fois que je le lis... Murmura-t-elle timidement. Elle l'écouta avant d'ajouter, rien de spécial. Je me suis fait discrète. Dit-elle en haussant les épaules.

    Ulysse allait lui demander pourquoi mais finalement, il se doutait de la réponse.

    - L'enfer c'est les autres, n'est-ce pas ? dit-il avec un petit sourire triste

    Beth hocha la tête, répondant à son triste sourire. Il pouvait voir sur sa main droite qu'une attelle bloquait sa main et son poignet.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    - Enfin, comment s'appelle cette magnifique bête que tu as là ? Demanda Beth en changeant de conversation

    - Gros Cul...répondit Ulysse en soupirant. Il faut pas chercher à comprendre...C'est ma mère...

    Beth retint un rire

    - C'est original au moins, tu es sûr de ne pas avoir quelqu'un qui donnera le même prénom à son chien. Elle grattouilla la belle bête derrière les oreilles.

    - Ouais enfin il y a quand même plus élégant... Et à chaque fois, elle se marre comme une débile quand elle dit "Gros Cul Assis"

    Beth sourit,

    - Je comprends...  Sinon, tu te plais ici ?

    - Ouais, c'est plutôt sympa. Bon, la chaleur et les plages me manquent un peu mais, je vais finir par m'y faire.

    - C'est sûr que c'est pas pareil Isla Paradiso, mais tu verras durant l'été il y fait vraiment chaud, on a de gros extrême ici... Enfin, l'avantage, même l'hiver on peut se baigner avec les sources chaudes. Tu verras, cet hiver nager dans les sources avec la neige autour de soi.... C’est féerique... La jeune fille termina rêveuse, elle n'avait jamais autant parler d'elle-même sans répondre à une question, elle s'en rendit compte et se mordit la lèvre, mal à l'aise.

    - Ouais, enfin à Isla Paradiso on vivait sur un bateau donc du coup, ça fait un peu bizarre d'être sûr de la terre ferme, précisa le jeune homme

    - Sur un bateau ? Tu n'avais pas le mal de mer ? Demanda la jeune fille curieuse.

    - Non, pas du tout ! J'aurais même plus tendance à avoir le mal de terre, dit-il en rigolant.

     Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth le regarde sans vraiment comprendre, puis se dit que cela devait être logique

    - Si ce n'est pas indiscret pourquoi es-tu venu ici ? Je ne sais plus si je t'avais déjà demandé ou non...

    - Si, tu me l'avais déjà demandé. Et je suis venu à cause du boulot de mon père. Il avait une grosse opportunité ici et il l'a prise.

    - Ah oui c'est vrai. Elle le regarda ne sachant trop que dire, quand elle entendit des rires qu'elle ne connaissait que trop bien. Oh non... Murmura-t-elle

    Elle se ratatina sur place.

    Ulysse releva la tête pour voir ce qui causait la réaction de Beth et aperçu les deux cassos de la dernière fois.

    - Ne fais pas attention à eux...

    Beth fait un pauvre sourire

    - Je ferais mieux de partir... Murmura-t-elle

    Les éclats de rire se rapprochait d'eux

    - Mais non. On s'en tape d'eux. Tu es sur un lieu public, tu as le droit d'être là.

    Beth se mordit la lèvre., elle était très mal à l’aise et stressée. Ulysse, a contrario, était décontracté. Le duo pouvait venir lui chercher des ennuis, il était prêt à les envoyer chier.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    La première chose que virent les deux adolescents fut une chevelure rose suivit de très près, trop près même par une chevelure rouquine. Le gloussement s'échappait des lèvres rouges d’Élisa tandis qu’Émeric la poussait toujours en arrière, la main sur son derrière en la pelotant sans ménagement. Beth écarquilla les yeux avant de plonger la tête dans son livre encore ouvert sur ses genoux.

    Émeric se figea en apercevant Beth et Ulysse. Il s'arrêta, tout en serrant Pinky contre lui et jetant un regard grognard à Beth dit :

    - Tiens tiens, voilà Barbie et Ken ! Tu ne peux plus quitter ton preux chevalier pauvre bébé !

    - Sérieux ? Encore le même surnom ? Tu peux pas changer de refrain ou ton cerveau est trop maigre pour faire preuve d'originalité ? Répliqua Ulysse en lui jetant un regard presque blasé.

    - Tsss, pas besoin d’originalité, vous n'êtes pas intéressant ! Ricana le rouquin. Il serra Élisa contre lui un sourire goguenard,

    - Alors Beth t'a enfin décidé de tourner la page ? Tu vas enfin te faire sauter ? Ou alors encore tenter de te tuer pauvre petite faible que tu es ?

    Beth tressaillit mais ne répondit pas, serrant les jointures de son livre.

    Plus Ulysse côtoyait le rouquin, plus il le détestait. Que ce soit sa manière d'être ou sa façon de s'exprimer, il était tellement... Vulgaire. Certes, il n'était pas un enfant de cœur mais, il savait quand même rester un minimum poli... Toutefois, il essaya de rester calme, il détestait s'énerver.

    - Sinon, si tu pouvais nous laisser en paix, ce serait bien aussi, dit-il avec un grand sourire faux-cul mais tout en restant serein.

    - C'est tellement gentiment demandé que... je ne peux pas vous laisser. dit Émeric

    - Barbie tu ne dis rien ? minauda Pinky, D'habitude tu es déjà en larmes… dit-elle avec un sourire faux

    - Nan franchement... Vous feriez mieux de partir dit Ulysse en se levant. Il faisait vraiment des efforts pour rester calme, même si cela était dur. Beth retient Ulysse par le bras

    - Laisse tomber... allons-nous en...

    - Ouais, écoute Barbie, Ken, allez-vous-en, dit Pinky

    Émeric rit bêtement en regardant Beth.

    La main de la jeune fille était tremblante sur le bras d'Ulysse

    - Oui. Allons-nous en... L'air est trop irrespirable ici.

    Beth prit son livre et son sac et entraîna Ulysse plus loin, essayant de rester calme alors qu'elle était complètement paniquée. Un flot de souvenir essayant de revenir à sa mémoire... Émeric éclata de rire,

    - Tu es bien comme ce chien que tu tiens ! Il ne te manque plus que la laisse !

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    S'en était trop pour Ulysse qui se retourna avant de foutre son poing dans la gueule du rouquin. Il avait vraiment tapé fort, très fort et comme dirait l'autre, plus tu tapes fort, plus t'as de chance de te casser la main.

    - Putain ! dit Ulysse en se tenant le poignet

     Émeric se tient le nez, en sang

    - Connard ! Ragea-t-il alors que miss Élisa poussait un cri strident tout en incendiant Ulysse de plein de nom. Beth tira Ulysse à l'écart inquiète, une fois dans une fausse sécurité elle fit s'asseoir Ulysse et inquiète elle lui dit

    - Fais-moi voir ta main !

    - T'en fais pas, c'est rien... Et puis, on ne peut pas dire qu'il ne l'a pas mérité...

    - Oui... mais... maintenant tu vas avoir des ennuis aussi...

    Elle examina sa main avant de fouiller dans son sac et de sortir une crème apaisante et un bandage. Elle mit une noisette sur la main d'Ulysse avant de l'étaler en massant doucement son poignet, cachant à demi le tremblement de ses mains. Puis une fois ceci fait, elle mit le bandage autour de celui-ci.

    - Bah, ce n'est pas la première fois que j'en aurais et c'est vraiment trop des abrutis...

    - Des abrutis qui ont de l'influence.... Et le bras long.…, la blondinette finit le bandage avant de demander

    - C'est pas trop serré ? Elle cacha ses mains tremblantes dans ses manches.

    - Ils peuvent avoir le bras long, je m'en tape carrément. Franchement, il n'a qu'à aller se plaindre à son père s'il veut, ça changerait rien. Ça ne me fera pas un deuxième trou du cul... Sinon c'est bon, ce n'est pas trop serré.

    Beth rit avant de se laisser choir sur le sol tête basse, respirant doucement. Ne pleure pas, ne pleure pas... Pensa la jeune fille,

    - Désolée...

    - Ne t'excuse pas, dit le jeune homme, T'y es pour rien s'ils n'ont pas de cerveau.

    Beth le regarda tristement

    - Je t'avais dit que traîner avec moi t'attirerais des ennuis, je suis pas quelqu'un de fréquentable...

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Elle n'avait pas envie qu'il s'éloigne, depuis la primaire personne d’autre que son frère ne l'approchait à l'école, elle était toujours seule depuis des années, et la brève compagnie d'Ulysse lui avait fait ressentir ce manque et cela lui faisait peur. Que se passerait-il quand il saurait toute la vérité ? Quand il saurait qui elle était vraiment ? Il l'abandonnerait et... elle avait commencé à s'attacher à sa présence même si cela n'avait duré qu'une heure elle avait eu le sentiment qu'elle pouvait compter sur lui et.... Elle en avait eu peur.

    - Et moi je t'ai dit que je m'en foutais totalement de l'avis des autres.

    Beth eut les larmes aux yeux, elle cligna des paupières, deux petites perlent glissant sur ces joues, chose qu'elle essuya très rapidement, ne voulant pas se mettre à pleurer devant lui.

    - Hey, faut pas pleurer à cause de ces abrutis, dit-il en passant son bras autour de ses épaules

    - D-désolée... c'est juste que..., elle se mordit la lèvre, ses larmes coulant maintenant sur ses joues sans qu'elle ne puisse les arrêter.

    - Tu n'as pas en parler si tu n'en as pas envie, dit-il en resserrant son étreinte.

    Beth se laissa aller un peu contre lui, sa tête reposant légèrement sur l'épaule d'Ulysse.

    - Je... n'ai pas l'habitude d'avoir quelqu'un à mes côtés lorsque... qu'ils font les abrutis.

    - Bah je suis là maintenant.

    Beth fut secouée d'un léger rire,

    - Oui, enfin, tu ne me connais pas... et... qui te dit que lorsque tu vas me connaître tu ne voudras pas t'enfuir ? Lui fit-elle remarquer.

    C'est ce qu'ils font tous, continua-t-elle pour elle-même par la pensée.

    - J'ai toujours des bons pressentiments sur les gens, dit-il avec un petit sourire. Et je peux dire la même chose. Qu'est-ce qui te dit que lorsque tu me connaîtras tu ne voudras pas t'enfuir ?

    Beth le regarde

    - Je ne laisse jamais les personnes que j'apprécie... jamais... Ce sont toujours elles qui finissent par partir...

    - Crois-moi, il en faut beaucoup pour me faire partir

    Beth sourit timidement.

    - Je... est-ce que tu veux manger ou boire quelque chose ?

    - Si tu as quelque chose, ce ne sera pas de refus. J'ai trop la dalle... J'ai toujours la dalle.

    Beth sourit puis se lève

    - Viens, j'habite pas loin, bon par contre je suis toute seule, mes parents bossent et mes frères et sœurs sont sortis. Je vais nous trouver quelque chose

    - Ok, j'te suis.

     Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    La jeune fille prit la direction de la maison en face du parc, une belle et grande demeure aux allures anciennes. Elle traversa la rue, suivit d'Ulysse. Elle entra dans la maison et traversant l'entrée avant d'aller directement vers la cuisine. Elle ouvrit placard et frigo.

    - Alooors, j'ai des chips aux vinaigres, du fromage, du coca, du jus de fruit, tu veux quoi ?

     - DES CHIPS AU VINAIGRE ! hurla Ulysse, il s'arrêta comme un enfant prit sur le fait et reprit d'une voix plus calme. ... Pardon... Des chips au vinaigre s'il te plaît.

    Beth rit,

    - J'adore ça aussi ! La jeune fille attrapa le paquet de chips avant de sortir une bouteille de coca, coca ça te va ? reprit-elle

    - J'aurais préféré du whisky mais, va pour le coca... AU FAIT ! En parlant de whisky, je fais une énorme fête ce soir, tu es invitée bien sûr.

    - Je n'ai pas d'alcool, mes parents ne boivent pas... Elle les servit avant de donner son verre à Ulysse et se figea, Une.... Fête ? Elle resta un peu bouchée, les bras ballants, comment pourrait-elle aller à une fête ? elle... n'avait jamais été invitée ou que ce soit

    - Je... il faut que j’aie la permission de mes parents... dit-elle, mais... je... elle n'eut pas le temps de terminée sa phrase, coupée par Ulysse enthousiaste.

     - HAN ! MAIS PAS D'ALCOOL ! MAIS ... MAIS ... C'EST TRISTEEEEEEEEEEEEEEEEUH ! L'ALCOOL C'EST LE BIEN ! SURTOUT LE WHISKY ! Mais sinon... Il faut que tu viennes à la soirée, ça va être super cool ! Et puis, il n'y aura pas Le Rouquin et sa pétasse là. C'est des persona non grata.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth rit doucement face à la réaction d'Ulysse, il était tellement expressif, pas comme elle qui gardait tout pour en elle, enfin, sauf quand elle jouait de la musique, là, elle oubliait tout et se livrait

    - Je... je vais essayer, je ne sais pas si mes parents me laisseront sortir...

    Evidemment, ils la laisseraient sortir, ils seraient trop heureux qu'elle sorte avec des "amis", mais, elle, arriverait-elle à être en présence d'autant de monde ?

    - Il y aura qui ? Et pour l'alcool il y en a mais qu'au moment des fêtes, on ne boit pas beaucoup chez moi...

    - Il y aura ... Beaucoup de monde du lycée et... Aussi des potes d'Isla Paradiso. Enfin peut-être, vu que c'est assez loin. Sinon y'aura aussi ma sœur mais bon, normalement, elle ne devrait pas trop faire chier... Tiens j'pense que vous pourrez bien vous entendre même !

     - Du lycée ? Aie... je vais être la personna non grata si je viens Ulysse... murmura la jeune fille. Ah oui ? Pourquoi ? demanda-t-elle, il avait piqué sa curiosité.

    - Mais non... Ce n'est pas parce que deux abrutis te font la vie dure que ça veut dire que tout le lycée te déteste. Et puis si jamais c'est le cas bah, je les ferai changer d'avis ! Sinon... Gwen et toi vous êtes un peu pareil je trouve... Du genre timide.

    Beth rougit

    - Bon courage... ah, Gwen, c'est son nom entier ou un raccourci ?

    Elle avait d'en savoir plus sur lui, et espérait ne pas être trop envahissante avec ses questions,

    - Un raccourci, c'est Gwenaëlle son prénom en entier

    - C'est joli comme prénom... dit la jeune fille rêveuse.

    - C'est d'origine bretonne.

    - Oh ! Mes parents sont allés en France durant leur voyage de Noce, mais ils n'ont pas pu aller en Bretagne malheureusement... J'adorerais y aller un jour, dit Beth en buvant un peu de son coca et en piochant un chips.

     - J'y vais tous les ans pour voir la famille de ma mère.

    - Wahou... la classe ! Tu parles super bien français j'imagine alors ? dit la jeune fille.

    - Ouais, parfaitement !

    - Je n'ai que quelques bases... surtout apprises avec les poètes français. Avoua-t-elle rosissant légèrement.

    - Bah, c'est déjà bien !

    Beth hocha la tête et lui tendit le paquet de chips, elle n'y avait presque pas touché, n'ayant pas très faim.

    - Merci, dit-il avec un sourire avant d'en prendre une grosse poignée, En tout cas, j'espère que tu vas venir ce soir. Ce serait cool coo-coo-cool

    - Il faudra que je demande à mes parents, je ne suis jamais sorti...

    On ne peut pas dire que je sois invitée en même temps, pensa la jeune fille.

    - Il faudra amener quelque chose ? Demanda-t-elle.

    - Non t'inquiètes, j'ai déjà tout ce qu'il faut.

    - Sûr ? Je fais de bonnes pâtisseries si jamais... enfin, c'est ce que dit ma famille... ajouta-t-elle.

    - Bah tu peux emmener quelque chose si tu veux mais ce n'est pas une obligation

    - D'accord, je ferai un petit truc alors si je peux venir, dit-elle. Elle but une gorgée de son coca, son regard errant dans la pièce avant de s'arrêter sur le piano qui trônait au centre de la salle à gauche de la cuisine. Le piano de son arrière-grand-père... Celui sur lequel, sa grand-mère lui avait faire ses premières gammes

    Ulysse qui avait suivi son regard lui demanda

    - Tu joues du piano ?

    Beth hocha la tête, un sourire à la fois doux et nostalgique sur les lèvres

     - Alors dans ce cas, tu dois jouer un morceau ! Ce n'est pas une proposition mais une obligation, dit le blondinet en riant

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth rougit puis se leva et s'installa doucement au piano. Elle joua quelques notes comme si elle cherchait avant de laisser ses doigts courir sur le piano. Une lente et douce mélodie s’éleva dans la pièce s'accélérant parfois, comme un reflet des émotions de la jeune fille. L'expression de Beth avait changé elle semblait plus détendue, plus sûre d'elle en jouant, elle était dans son élément et cela se ressentait et se voyait. Ses doigts couraient sur les touches les effleurant comme on effleurait le corps d'un amant tant il y avait de douceur dans ce qu'elle faisait.

    Ulysse écoutait la jeune femme jouer du piano, la tête posée contre le poing. Il avait remarqué que l'expression de la jeune femme avait changée, elle avait eu tout de suite l'air plus détendue, comme si elle oubliait tous ses soucis.

    - Tu joues vraiment bien, dit Ulysse quand elle avait fini, On voit que tu aimes ça.

    Beth rougit à nouveau,

    - Merci... Je... C'est ma grand-mère qui m'a appris... et oui j'adore ça ajouta-t-elle.

    - Ah c'est super ça, c'est une passion transmise de générations en générations.

    Beth sourit timidement,

    - On peut voir ça comme ça, dit-elle tout en caressant doucement les touches du bout des doigts.

    Ulysse sortit son portable pour regarder l'heure.

    - Bon, c'est pas tout mais je dois y aller... Tiens, tant que j'y pense. File-moi ton numéro.

    Beth le lui donna, avant de le saluer.

    - Je te dirai si mes parents sont okay pour ce soir

    - J'espère que ce sera le cas !

    Beth hocha la tête

    - Au fait ! Il y a une tenue particulière avoir ou c'est décontracté ?

    - Non, chez moi c'est comme McDo, tu viens comme tu es.

    Beth rit

    - D'accord à plus tard j'espère alors.

    - Ouais, à ce soir ! dit Ulysse avant de récupérer sa chienne

    Beth le raccompagna à la porte puis rangea un peu la maison avant d'aller dans sa chambre

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Chez les Malek, la fête battait son plein. La petite maisonnée se retrouvait bien bombée car le monde était au rendez-vous qu'ils viennent d'Aurora Skies ou Isla Paradiso. Ulysse déambulait d'invité en invité, parlant avec chacun, rigolant avec d'autres et bien sûr, en buvant avec tous. Actuellement, il était en train de parler avec Peter, un pote (et plus si affinité) de son ancien lycée

    Beth se fit déposer par sa mère devant la maison

    - À toute à l’heure ma puce et n'oublie pas tu m'appelles pour que je vienne te chercher.

    - Oui maman ne t'en fais pas...

    La jeune fille déposa un baiser sur la joue de sa mère avant d'attraper le plat de pâtisserie qu'elle avait fait et de se diriger vers la maison. Elle entendit la voiture de sa mère démarrer et partir. Une fois devant la porte elle hésita.

    Mais qu'est-ce que je fais la ? Pensa-t-elle, je vais encore me ridiculiser...

    Elle hésitait devant la porte devait-t-elle sonner ? Ou bien partir sans rien dire ?

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Alors qu'Ulysse sortait pour fumer une clope, il fut surpris de voir quelqu'un posté derrière la porte. Quand il reconnut qui c'était, il eut un large sourire

    - EH BETH ! Tu as pu venir ! C'est cooooool.

    Beth sursauta retenant son plat de justesse.

    - Je...oui...oui.

    - Oh ! Tu as préparé un truc ? C'est quoi ?

    Beth murmure

    - Des tartes aux fruits... dit-elle en rougissant, et des beignets.

    - Han c'est super ça ! Tu peux rentrer si tu veux et mettre ça dans la cuisine le temps que je fume ma clope. Tu peux faire comme chez toi !

    Beth hocha la tête,

    - Elle est où ta cuisine ? demanda-t-elle timidement.

     - C'est pas compliqué, c'est juste tout droit.

    Beth hocha la tête puis poussa la porte de la maison. Là, elle fut envahie par la musique, les paroles et les relents d'alcool, certaines personnes s'arrêtèrent de parler ou de danser et la regardèrent passer en chuchotant. Beth baissa légèrement la tête et courba le dos, essayant de se faire la plus discrète possible. Arrivée à la cuisine, elle fut soulagée de ne trouver personne. Elle posa ses plats sur le plan de travail et joua avec les plis de sa robe. Quelle idée lui était donc passée par la tête de mettre une robe pour venir ? Certes, elle n'était pas très habillée, assez pour une soirée. Elle se regarda, sa légère robe en laine bordée d'une jupe à carreaux noirs avec un collant, elle était jolie, mais elle n'était pas très à l'aise, elle s'était laissée convaincre par sa sœur qu'à une soirée on n'y allait pas en jeans et pull.

     Beth déposait les plateaux sur le plan de travail et respirait doucement, il y allait falloir sortir de la cuisine et affronter le regard des autres. Tout va bien se passer, pensa la jeune fille, tout va bien se passer.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Gwenaëlle qui était enfermée dans sa chambre jusque-là, se décida à sortir. De toute façon, il le fallait bien, son ventre criait famine. Elle n'aimait pas vraiment faire la fête et préférait restée tranquille dans son coin mais, avec un frère comme Ulysse, c'était tout le temps le dawah à la maison. Bien sûr, elle aurait pu sortir en ville ou aller chez des amies mais, comme ils venaient juste de s'installer, elle n'avait pas eu le temps de se familiariser avec le coin.

    En allant vers la cuisine, elle bouscula quelqu'un et se prit l'encadrement de la porte. Voilà, la grosse douée de service était de retour.

    - Oups. Je suis désolée, tout va bien ?

    Beth sursauta et s'excusa avant de voir une jolie jeune fille devant elle,

    - Je...oui, désolée....

    Gwenaëlle regarda la jeune fille, elle n'avait pas vraiment à l'aise ici.

    - T'es sûre que ça va ? demanda-t-elle inquiète

    Beth hocha un peu trop rapidement la tête

    - Oui oui, je... suis juste un peu sonnée par le bruit, mentit-elle

    - Ah oui, je comprends c'est pareil pour moi...

    Beth s'effaça de l'encadrement de la porte pour laisser la jeune fille entrée

    - Merci, dit Gwen avec un petit sourire.

    Beth hocha la tête puis dit,

    - Oh, je suis Beth... dit-elle d'une voix timide.

    - Moi c'est Gwenaëlle, dit la jeune femme avant d'ouvrir le frigo afin de prendre une bouteille de coca et de la pizza qui traînait. Tu en veux ?

    Beth secoua la tête

    - Non merci, je n'ai pas très faim... soudain, elle tilta, Oh ! Tu es la sœur d'Ulysse c'est cela ?

    - C'est ça. Le seul et l'unique. Par contre... Désolée si je n'ai pas retenu ton prénom, Ulysse a trop d'amis...

    Beth rit doucement,

    - J'ai cru comprendre, dit-elle en désignant le monde derrière elles, je suis Beth.

    - Tu l'as déjà dit, il y a deux secondes, dit Gwen avec un petit rire Je ne vais pas te manger tu sais.

    Beth rougit, stressée. Elle n'avait pas l'habitude d'être dans des fêtes comme ça et que d'autres lui parlent et cela se voyait

    - Tu es au lycée à Aurora Skies, c'est ça ?

    Beth hocha la tête

    - En terminale oui.

    - Ah ouais, moi je suis en seconde.

    Beth hocha la tête, elle ne savait pas trop quoi dire

    - Bon... dit Gwen en prolongeait sa syllabe, Je vais retourner dans ma chambre je pense... Enchantée de t'avoir rencontré.

    Beth la regarda, en faisant un sourire d'excuse

    - Enchantée, dit la blondinette mal à l'aise.

    Gwen prit le coca et la pizza avec elle avant de disparaître à l'étage.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth regarda la jeune fille disparaître en s'insultant de tous les noms, quelle idiote elle faisait ! Elle sortit finalement de la cuisine, se mettant dans un coin de la pièce où personne ne la remarquerait trop, et observa ce qu'il se passait

    Ulysse qui avait enfin fini de fumer et qui bavardait un peu avec tout le monde aperçut Beth. Il se dirigea aussitôt vers elle

    - Heeeey. Qu'est-ce que tu fais toute seule dans un coin ?

    Beth regarda Ulysse rougissant,

    - Et bien, je... elle ne sut pas trop quoi répondre.

    - Tuuuuu ? demanda Ulysse avec un sourire.

    Beth se mordit la lèvre avant de marmonner,

    - Connais personne...

    - Bah attends on va faire les présentations ! Il la prit par le poignet avant de se diriger vers un petit groupe. Alors les gens, je vous présente Beth. Beth, je vous présente les gens ! Là dans l'ordre il y a Caroline, Élodie, Peter et Patrik, mon meilleur ami, mon petit ours à la vanille, dit Ulysse avant de rigoler. Beth se mit à rougir, et tous peuvent voir qu'elle est mal à l'aise. On pouvait voir que certaines personnes du lycée riaient en le voyant ainsi présenté et certains chuchotaient.

    - Raaah arrête avec ce surnom ridicule Ulysse, râla le dénommer Patrik, Ou sinon j't'appelle Petite Crotte.

    - Bah, tu peux le faire, ça me dérange pas... Bref, Beth est dans mon nouveau lycée. Et les gens là sont de mon anciens et ils sont cooools.

    Beth mal à l'aise murmura,

    - Bonsoir...

    - Bonsoir, répondit les gens en chœur.

    - Ça va ? demanda la Élodie, Tu arrives à supporter Ulysse ? Il faut beaucoup de patience pour ça...,

    Beth sourit timidement

    - Il m'a plutôt sorti de mauvais pas, c'est plutôt lui qui a eu à me supporter, dit-elle à la jeune fille

    - Mais nooon, dit Ulysse, tu es adorable, ce n'est pas dur de te supporter !

    Beth rougit de plus belle en bafouillant quelque chose d'incompréhensible,

    - C'est parce que tu viens de le rencontrer, dit Patrik, Moi ça fait 17 ans que je le connais et je peux dire que c'est dur.

    - Mais ! Vous êtes méchants, chouina Ulysse pour rigoler.

    Beth sourit timidement,

    - Je suis sûre que non, dit la blondinette en tirant sur ses manches.

    - Si, dit le petit groupe en cœur

    Beth regarda Ulysse et lui tapota l'épaule avec compassion

    - Bouuuuh ils sont tous des mesquins ! dit-il en faisant semblant de pleurer sur son épaule

    Beth le serra avec compassion dans ses bras

    - Je sais ce que c'est... Je compatis..., dit la jeune fille en lui frottant le dos, un léger sourire sur les lèvres.

    - Merci. Tu es gentille TOI AU MOINS, dit-il en lançant un regard noir à ses amis.

    Beth rit discrètement,

    - Je crois que si tu étais aussi insupportable que ça, ils n'auraient pas fait tout ce chemin rien que pour te voir.

    - Argh ! Je plaide coupable, dit Patrik, On peut pas s'en passer... Hélas.

    Beth sourit en regardant Ulysse et en pensant, il a de la chance d'avoir des gens qui l'aiment autant

    - Bon ! C'est pas tout, dit Ulysse, Mais ce que je n'ai rien à boire ! Et ça, c'est grave... Tu veux quelque chose Beth ?

    - Euhm... du sprite ou de l'ice tea si tu as… répondit la blondinette.

    - Seulement ? Tu veux pas autre chose comme... Voyons voir ce qu'on a ... De la bière, du cidre, du get 27.... Ah et y'a Patrik qui a fait des mojitos...

    - Pas d'alcool pour moi, murmura Beth, ayant de trop mauvais souvenirs face à cela.

    - Oh mais pourquoi ? Il faut faire la fête ! Il faut en profiter

    - Ouais... Après que ce soit la fête ou non, tu bois toujours Ulysse, râla Patrik dans son coin

    Beth regarda Ulysse d'un air étrange,

    - Sans alcool pour moi, je... T'expliquerai peut-être un jour pourquoi... murmura-t-elle de façon à ce que seul Ulysse entende.

    - Bon très bien, je reviens de suite alors, dit-il en se dirigeant vers la cuisine

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth se mordit la lèvre et regardant Ulysse s’éloigner, elle essaya de rester calme tout en regardant le groupe d'amis d'Ulysse qui l'entourait,

    - Alors tu es dans le même lycée qu'Ulysse ? C'est ça ? demanda Peter, Vous êtes dans la même classe ? Comment vous avez commencé à vous parler ?

    - Who, c'est l'interrogatoire là, rit Élodie

    Beth commença à bafouiller avant de dire

    - Oui, on est dans le même lycée, jusqu'ici on a pas été dans la même classe et... euhm, il m'a aidé le jour de son arrivée... j'avais des... soucis.

    - Comment ça ?

    - Je... suis pas des mieux vue dans mon lycée, dit-elle assez évasivement. Et vous, vous connaissez Ulysse depuis longtemps ? dit-elle en espérant changer de sujet

    - Pas des mieux vue ? demanda Peter, toujours curieux.

    - Roh mais laisse-la, répondit Patrik, tu vois pas qu'elle n'a pas envie d'en parler ? Sinon Ulysse je le connais depuis... Toujours. Et les autres là depuis le collège

    Beth soulagée, l'écouta parler,

    - Ah oui, ça fait une paye alors...

    - Ouep... Et en parlant du loup, le voilà qui revient ! En effet, le blondinet revenait avec deux verres à la main. Un de sprite et un de whisky.

    Beth se détendit en voyant revenir, elle le regarda déambuler avec aisance parmi les invités. Comment faisait-il pour être aussi à l'aise ?

    - Et voilà. Madame est servie !  dit-il en arrivant à sa hauteur et lui passant le verre,

    Beth prit le verre en remerciant Ulysse et en bus une très légère gorgée en le goûtant

    - Ne t'en fais pas, je n'ai pas mis d'alcool dedans, dit-il en rigolant

    Beth rit doucement en se retenant de boire.

    - On sait jamais, dit-elle avec un sourire légèrement espiègle.

    - Merci pour la confiance ! dit Ulysse en rigolant.

    Beth but une gorgée de son verre et toussa, les bulles du sprite lui remontant au nez

    - Hey ça va ?  demanda Ulysse en lui tapotant le dos 

    Beth hocha la tête avant de dire,

    - Les bulles me montent au nez.

    - Il faut faire attention alors, dit Ulysse en souriant.

    Beth hocha à nouveau la tête puis écouta la musique tapant légèrement rythme sur son verre.

    - Au fait ! s'exclama Ulysse, Beth joue du piano. Et super bien en plus !

    - Vraiment ? demanda Patrik

    Beth rougit

    - Je me débrouille oui.

    - Tu devrais faire des duos avec Ulysse alors.

    - Haaaaaaa oui. C'est pas con ça ! s'exclama ce dernier

    Beth se tourna vers lui surprise

    - Tu joues d'un instrument ?

    - Ouais, de la guitare.

    Beth sourit vraiment pour la première fois de la soirée, ce qui illumina son visage et ses yeux, elle dit :

    - J'espère t'entendre jouer un jour alors.

    - Mais quand tu veux ma belle.

    Beth espiègle

    - Même maintenant ?

    - Eh bien pourquoi pas ?

    Beth le regarda et attendit, elle avait presque oublié le monde autour d'elle, elle semblait plus à l'aise, comme si parler de musique, lui donnait un sentiment de semblant de protection.

    Ulysse alla chercher sa guitare acoustique avant de se tourner vers ses amis.

    - Alors, je joue quoi ?

    - Ce que tu veux, même une compo. Dit la blondinette avec un léger sourire.

    Ulysse réfléchit un court instant au morceau qu'il allait jouer avant de se décider. Enfin premièrement, il allait couper la sono qui crachait de la musique à plein poumons. Les gens râlèrent un moment mais finalement Ulysse commença à jouer les premières notes, ils se calmèrent. C'est ainsi qu'Ulysse commença sa reprise de Mad World de Gary Jules.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth l'écouta et sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine. Il jouait divinement bien et en l'entendant elle fredonna discrètement les paroles, un léger sourire sur les lèvres.

    Une fois qu'il eut fini sa prestation, Ulysse avait un large sourire sur le visage. Il adorait jouer de la guitare et prenait du plaisir à chaque fois.

    - Alors ? dit-il en rejoignant ses amis, Quelle note me vaut cette prestation ? Suis-je autorisé à continuer l'aventure ? demanda-t-il en rigolant.

    Beth sourit

    - Tu peux continuer l'aventure !

    - Non mais arrête, rigola Élodie, Déjà qu'il a la grosse tête, là il ne va plus se sentir !

    - C'est pas de ma faute si je suis super talentueux...

    - Le talent, il faut l'entretenir et ce n'est point vanité que de l'encourager, dit Beth comme citant quelqu'un.

    - Ouais sauf qu'Ulysse arrête pas de dire et répéter qu'il est né avec le talent

    - Mais c'est vrai !

    Beth rit,

    - Chacun ses dons.

    - Voilà ! C'est un don ! Alors arrêtez de faire vos rabat-joies !

    - Tu joues depuis longtemps ?

    - Huuuuum depuis 5 ans je dirais....

    - Tu joues bien !

    - Ouais je sais !

    - On dit merci quand on est poli Ulysse ! Dit Élodie en levant les yeux au ciel.

    Beth rit puis dit

    - Remets peut-être de la musique, sinon ça va râler...

    - Tu as raison, dit Ulysse en remettant la musique avant de balancer la tête en rythme quand cette dernière commença.

    Beth tapota à nouveau son verre en écoutant la musique

    - Il faut pas rester assise là, il faut venir danser ! dit Ulysse en la prenant par la main avant de l’entraîner au milieu du salon.

    Beth se fait entraîner et lâcha un cri en se faisant entraîner

    - Ulysse, je ne sais pas danser... ! dit la jeune fille prise d'une légère panique

    - Mais nooooooooon. Tout le monde sait danser. C'est juste que certains ont plus la classe que d'autres.

    Beth se mord la lèvre, se tenant à Ulysse.

    - Réellement... J'ai deux pieds gauches...

    - Pas grave, j'ai l'habitude avec Gwen !

    Beth se tient à lui, se laissant guider

    - Et tu sais, moi aussi je ne suis pas un grand danseur mais... On s'en fout. On est là pour s'éclater ! dit-il avant de la faire tournoyer

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth tournoya dans les bras d'Ulysse avant de se laisser guider sur la musique, bougeant doucement et très timidement sur le rythme.

    - Bah tu vois, tu n'es pas si maladroite que ça, dit Ulysse avec un sourire, Beth rougit,

    - Flatteur.

    - Mais non, je ne dis que la vérité !

    Beth répondit,

    - Mhmm. La jeune fille en essayant de faire abstraction des autres.

    Elle a du mal à se lâcher complètement, mais, Ulysse pouvait remarquer que certains élèves du lycée fixaient Beth en chuchotant.

    Ulysse qui avait remarqué que Beth avait l'air gêné dit en souriant.

    - Il faut vraiment que tu arrêtes de te soucier de l'avis des autres tu sais ?

    Beth se mordit la lèvre

    -  Je me fiche de leur avis... C'est juste que, j'ai peur que ça me retombe dessus.

    Ulysse fronça les sourcils

    - Pourquoi est-ce que tu dis ça ?

    Beth marmonna,

    - Tu en entendras parler assez vite...

    - Je ne suis pas du genre à écouter les rumeurs.

    Beth lui sourit tristement,

    - Tu es bien l'un des seuls je crois....

    - Que veux-tu, je suis une espèce en voie de disparition dit-il avant de rire.

    Beth sourit en riant discrètement,

    - Tu es une espèce de voie en disparition sur plein de chose ma parole...

    - Vraiment ? demanda Ulysse en riant, Sur quoi d'autre alors ?

    - Tu aides ceux qui se font brimer.

    - Euh... Sauf erreur de ma part, c'est quelque chose de normal ça...

    - Pas dans ce lycée...

    - Pourtant les personnes avec qui j'ai discuté avaient l'air sympa... Sauf le rouquin et sa greluche, bien entendu.

    - Dis mon nom et tu verras... je suis le mouton noir du lycée... regarde. Elle désigna discrètement un groupe de fille derrière qui chuchotaient,

    On pouvait régulièrement entendre "Beth", "pauvre petite chose", "tsss" "Beth"...

    - Tu sais quoi... Tu as raison. Je vais leur demander, il s'écarta de Beth avant de déclarer à l'assemblée. Bon ! Ceux qui ont un problème avec Beth qu'ils viennent nous voir car là j'en ai vraiment ras le cul de vos messes basses. On n’est pas chez les curés ici !

    Plusieurs petits groupes de personnes s'approchent du couple de danseur. Beth s'est arrêtée mal à l'aise, tirant sur ses manches tandis qu'une des filles du groupe prend la parole.

    - Nous, on a un problème avec... Dit-elle d'une voix lente et niaise.

    - Et pourquoi ?

    - C'est comme ça, elle nous énerve avec son faux petit air d'ange ! Elle n'est qu'une intruse de toute façon, je ne comprends même pas pourquoi tu as invité cette idiote Ulysse. Dit la jeune fille avec une moue.

    - C'est plutôt votre comportement que je comprends pas. Beth est quelqu'un de super sympa et adorable.

    - Pff, foutaise, tu verras. À un moment elle va déconner et tu seras comme nous, tu la détesteras.  Elle eut un sourire mesquin ajoutant, Elle ne devrait même pas exister de toute façon.

    Beth tordait ses mains, et en entendant les derniers mots de Sabrina, les larmes lui vinrent aux yeux, elle se détourna et commença à aller rapidement vers la sortie.

    Ulysse qui avait remarqué que Beth essayait de partir la retint par les poignets.

    - Non, toi tu restes. C'est les autres qui vont dégager, ça va être plus simple. Je ne veux pas côtoyer des gens qui n'ont que deux neurones en guise de cerveau... Et encore quand je dis deux, je suis généreux !

    Sabrina fut choquée, elle regarda Ulysse,

    - Tu préfères la compagnie de cette décérébrée à la nôtre ? Tsss. T'es bien comme elle alors. Vous feriez un joli couple de loser !

    - Sabrina calme-toi... qu'est-ce qu'elle t'a donc fait Beth pour que tu la détestes comme ça ? Tu ne lui as jamais adressé la parole ! Dit un autre.

    Sabrina le foudroya du regard,

    - T’occupes pas de ça toi, ça ne te regarde pas !

    Beth avait la tête basse, espérant qu'Ulysse ne sentirait pas les cicatrises sur ses poignets fins.

    - C'est plutôt toi la décérébrée vu que tu es incapable d'expliquer concrètement ce que tu as contre Beth. Donc maintenant, tu ne fais pas chier et tu te casses de chez moi !

    Sabrina outrée lança un regard noir à Beth qui sembla se décomposer sous celui-ci avant de partir, suivit de deux autres personnes. Le reste restait là, plus ou moins surpris de la tournure des événements.

    - Ça va ? demanda Ulysse en se tourna vers Beth. Je suis désolé par rapport à ce que Sabrina t'as dit...

    Beth essuya rapidement les larmes qui lui embuaient les yeux, et hocha la tête

    - Tu n'y es pour rien, je suis désolée.... J’ai un peu plombé l'ambiance je crois... dit-elle en se rendant compte que cela avait tout de même jeter un léger froid dans la salle. Soudain certains commencèrent à scander petit à petit le prénom d'Ulysse. Beth se figea en entendant beaucoup scander le prénom d'Ulysse et en voyant d'autres se mettre à venir taper l'épaule d'Ulysse comme pour le féliciter et... lui sourire ! Elle avait rêvé, ce n'était pas possible. Comment des personnes qu'elle côtoyait depuis des années, et qui l'ignorait pouvait soudainement se mettre à lui sourire ? Elle se mordit la lèvre, petit à petit, les voix se taisaient d'autres groupes se formaient et se mettait à danser avec encore plus de fougue qu'avant ! Mais surtout, plus personne ne semblait se soucier du fait qu'elle soit là, certains la regardaient même avec gentillesse, plus aucune expression d'animosité n'était visible sur aucun visage. Elle était perdue. Perdue mais heureuse de voir que... tout le lycée ne la détestait pas comme elle le pensait.

    - L'ambiance ne semble pas plombée pour moi, dit Ulysse avec un sourire.

    Beth hocha doucement avec un sourire quand un groupe de garçons la héla,

    - Beth ? Tu viens danser ?

    Beth les regarda plus que surprise, c'est vraiment elle qu'ils appelaient ?

    - Tu peux y aller, dit Ulysse en souriant, De toute façon j'ai d'autres choses à faire.

    Beth hocha la tête, légèrement déçue, elle ne connaissait qu'Ulysse ici. Elle ne montra rien et s'avança timidement vers le groupe de garçons qui la complimentait d'abord sur sa tenue avant de l’entraîner à danser.

     Ulysse regarda en souriant Beth qui discutait avec les gens. Il était content qu'elle arrive enfin à s'amuser à la soirée.

    - Ulysse, on y va ? demanda Peter.

    - Oui oui, j'arrive, répondit le blondinet avant de passer son bras par-dessus ses épaules et de disparaître dans la cage d'escalier.

    Beth dansa avec différentes personnes, enfin, danser était un bien grand mot, elle bougeait plutôt son corps de manière plus ou moins bien sur le rythme de la musique. Certains la complimentaient d'autres riaient gentiment à ses maladresses, mais la plupart l'encourageait et petit à petit elle prenait confiance en elle et se lâchait doucement mais sûrement. Du coin de l’œil elle vit Ulysse monter avec Peter, un bras autour de ses épaules, elle sentit son cœur se serrer sans en comprendre la raison mais le mit de côté en entendant sa chanson préférée commencer.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Au même moment Gwen redescendait dans le salon

    - Eh bah, je suis partie au bon moment ! dit-elle à Patrik quand elle aperçut Ulysse et Peter qui montaient.

    Beth dansait toujours quand elle vit Gwen descendre et l'entendit. Elle pensa donc que Peter et Ulysse étaient ensemble. Elle ne se départit pas de son sourire bien qu'au fond d'elle son cœur se serrait. Elle s'excusa aux près du groupe qui l'avait invitée et alla se servir un verre de sprite avant de sortir prendre un peu l'air. Elle avait trop chaud à l'intérieur.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Gwenaëlle sortit pour prendre l'air à son tour et tomba sur Beth.

    - Re bonsoir, dit-elle avec un petit sourire, ça va toujours ?

    Beth sourit doucement

    - Re-bonsoir, oui ça va toujours et...toi ?

    - Toujours toujours.

    - Tu as trop chaud aussi ? Demanda la blondinette, ne sachant que dire.

    - Oui, c'est un vrai four à l'intérieur.

    - Oui, je n'en peux plus... Dit la blondinette en buvant une gorgée.

    - Ouais je comprends, les soirées c'est pas trop mon truc non plus.

    - C'est la première que j'en fais... j'ai pas l'habitude d'autant de monde dans une même pièce

    - Je comprends, je suis aussi du genre à rester dans ma chambre devant un bouquin ou mon ordi.

    - Je suis pareil, j'écris beaucoup donc j'ai souvent un bouquin ou l'ordi..., dit la jeune fille.

    - Oh ? Tu écris quoi ?

    - Poèmes, chansons... des petits trucs, dit la blondinette en buvant un coup de sprite.

    - Oh c'est cool ça !

    - Oui. Qu'est-ce que tu lis toi ? demanda la jeune fille

    - Un peu de tout et de rien.

    - En ce moment par exemple ?

    - Je lis On The Road de James Kerouac, répondit Gwen.

    - Je ne connais pas celui-ci tiens... personnellement en ce moment je lis du fantastique, la première leçon du sorcier de Terry Goodking...

    - A mon tour de ne pas connaître.

    - Tu devrais lire, c'est un super livre. Ça change d'habitude.

    - Je ne suis pas une fan de la fantasy.

    - Je lis vraiment de tout, après c'est un genre à part entière que celui de Terry Goodking, enfin certains le rapprochent à Tolkien mais... Je trouve que c'est pas la même chose.

    - Je préfère plus les auteurs de la Beat Génération comme Kerouac, Allen Ginsberg ou  William S. Burroughs.

    - j'ai pas trop lu de leurs livres, il faudrait que je m'y mette... Dit la blondinette pensive.

    - C'est sympa.

    - Je te crois, sinon tu arrives à t'y faire ici ? Demanda la jeune fille.

    - Plus ou moins... Je ne suis pas aussi à l'aise qu'Ulysse quand je suis nouvelle dans un endroit.

    - Je comprends, n'hésite pas si tu as besoin de visiter, je connais des coins sympas, dit la blondinette avec un sourire.

    - Bah si tu as des conseils, je suis preneuse, dit Gwen en souriant.

    - Le petit parc en face de chez moi est absolument génial pour lire, après il y a un café sympa aussi.

    - J'irai voir alors !

    - Je t'emmènerai si tu veux.

    - Pourquoi pas ?

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth lui sourit puis regarda le ciel,

    - La nuit est encore belle pour une fin d'automne...

    - Oui. " Il 'y a plus d'saisons ! " comme diraient les vieux.

    - Oui, j ai hâte que l'hiver arrive tout de même, dit la jeune femme.

    - Personnellement, j'aime beaucoup l'automne, les couleurs sont magnifiques.

    - J'adore l'hiver, cette sensation de silence qu'apporte la neige, c'est reposant.

    - C'est vrai que c'est bien.

    - Oui, et les bonhommes de neige aussi, j'adore faire des bonhommes de neige l'hiver...

    Elle était pensive et regardait avec douceur le ciel étoilé.

    - Do you want to buiiiiiiiiiild a snowmaaaaaaaan ? commença à chantonner Gwen en riant

    Beth chanta à sa suite en riant.

    - Heureusement qu'Ulysse n'est pas là ! rit Gwenëlle, Il ne peut pas supporter cette chanson !

    - Sérieusement ? Mais, elle est absolument cuuute !

    - Il dit qu'on l'a trop entendu et réentendu et que ça le soûle.

    - Oh, enfin, c'est vrai que je l'écoute pas souvent donc je l'aime toujours autant...

    - Ouais enfin... Il dit qu'il ne l'aime pas mais il connaît quand même les paroles par cœur et dès qu'il l'entend, il la chante à plein poumons. La logique...

    - Je vois ! Dit Beth en riant. Elle s'appuya à la balustrade du porche regardant le ciel.

    Beth regarde Gwen et la vit frissonner.

    - Tu vas prendre froid tu ferais mieux de rentrer, dit-elle avec un sourire doux.

    - Non non, ça va ne t'en fais pas, dit Gwen avec un sourire

    Beth haussa les épaules, son regard se perdant dans les étoiles durant un long, très long moment. Elle ne se rendit plus trop compte de ce qui se passe autour d'elle, il pourrait s'être écoulé une heure comme une minute.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Gwenaëlle voyant que Beth était dans ses pensées rentra dans la maison. Un bon moment passa, peut-être 10 minutes, peut-être 1h, la jeune femme n'avait plus trop la notion du temps. Puis Ulysse finit par débarquer, voyant que Beth était dans ses pensées, la surprit en hurlant,

    - BOUUUUUH !

    Beth sursauta en lâchant un cri, elle était gelée. Elle se retourna et regarda Ulysse derrière elle, elle fut un peu perdue, depuis combien de temps était-elle là ? Il y a un instant, elle était là à discuter avec Gwen et maintenant elle se faisait surprendre par Ulysse.

    - Tout va bien ? demanda Ulysse Qu'est-ce que tu fais toute seule dehors ?

    Beth hocha la tête bafouillant

    - Oui oui, j'avais juste chaud, je suis sortie me rafraîchir et... ta sœur m'a rejoint, on a discuté et... je... sais pas... je me suis perdue dans les étoiles, dit-elle avec un rire légèrement nerveux.

    - Ah ok... Il me semble qu'elle est partie se coucher là Gwen.

    - Oh mince... la jeune fille se mit à rougir, elle n'avait absolument pas vu le temps passer.

    - Ah non mais c'est pas grave. Vous parlez de quoi ?

    - On a parlé de livres et de coins sympas pour lire, dit la jeune fille. Elle n'osait pas poser la question qui lui brûlait les lèvres à proposer de Peter...

    - Oh c'est cool ça, vous avez parlé de quels auteurs ?

    - Terry Goodking, Kerouac, Allen Ginsberg et William S. Burroughs, murmura la blondinette.

    - Ah ouais ils sont cools.

    - Je ne connais vraiment que le premier, ajouta Beth.

    - J'aime bien Kerouac et Burroughs. J'ai adoré leur bouquin, Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leur piscine.

     - Ils ont vraiment écrit un bouquin comme ça ? demanda Beth surprise.

    - Oui ! Et il est super intéressant. Ils s'inspirent d’une histoire vraie.

    - Il faudra que je regarde s’ils l’ont à la bibliothèque…

    - Bah je peux te le prêter si tu veux !

    - Oh, je veux bien alors répondit-elle. Elle frissonna un peu sous l'air qui se rafraîchissait. Comment faisait-il pour ne pas avoir froid alors qu'il était en t-shirt ?!

    - Il doit être dans ma chambre, j'vais le chercher si tu veux

    Beth haussa les épaules,

    - Tu pourras me le passer au moment où je rentrerai, je n'ai pas pris de sac dit-elle. Elle avait senti son cœur battre plus fort dans sa poitrine, elle était à la fois curieuse de voir sa chambre mais complètement effrayée à l'idée d'y entrer. Vive le paradoxe, pensa la blondinette.

    - C'est comme tu veux.

    - Je préférerais... Il y eut un moment de blanc avant que la jeune fille ne se décide à poser la question qui lui brûlait les lèvres.

    - Dis-moi Peter, c'est qui pour toi ?

    - Peter ? C'est juste un pote. Pourquoi tu demandes ça ? dit-il en rigolant

    - Comme ça, par pure curiosité, dit la jeune fille en souriant, on rentre ? Je commence à avoir un peu froid...

    - Ok, rentrons.

    Chapitre 147: I was your dance friend. I was your damn man

    Beth s'engouffra à la suite d'Ulysse, dans la pièce surchauffée par le mouvement des corps. Elle écouta la musique et grimaça, c'était un peu trop fort comparé au calme du dehors. Elle écouta et se laissa entraîner par certains qui vinrent la chercher danser, mais quand vint le moment du slow, elle se mit dans son coin, regardant certains couples danser avec une légère envie. Trouverait-elle aussi un jour quelqu'un qui la regarderait comme son grand-père regardait sa grand-mère ? Ou comme son père regardait sa mère ? Elle avait si peu d'estime d'elle qu'elle ne se trouvait même pas à la hauteur de mériter un tel bonheur. Mais au plus profond de son cœur elle restait cette petite fille rêveuse qui croyait encore au prince charmant... Un peu plus loin, elle vit Ulysse danser avec une fille quelconque chuchotant au creux de son oreille quelque chose qui la fit rire.

    ______________________________________________________________________________________________

    Je vous souhaite à tous une joyeuse nouvelle année ! 

    J'espère que ce chapitre, un peu plus long que les précédents, vous a plu !

    J'espère que vous avez été gâtés et que vous avez passer de bons moments en famille et entre amis ! 

    A bientôt pour la suite !

    « Chapitre 146: Faites-moi de la place, Juste un peu de place pour ne pas qu'on m'effaceChapitre 148: I am such a coward, I could win an award, you may not believe me. But it would be ok. »

  • Commentaires

    4
    Vendredi 11 Janvier à 21:22

    "- Enfin, comment s'appelle cette magnifique bête que tu as là ? Demanda Beth en changeant de conversation

    - Gros Cul..."

     

    ça me fait toujours autant rire... Je suis tellement mature

      • Dimanche 13 Janvier à 20:20

        Et moi dont ? Tu imagines pas les fous rire en nous relisant pour faire les photos xD

    3
    Vendredi 11 Janvier à 21:19

    Ulysse je t'aime ;-;

    2
    Mardi 8 Janvier à 10:18

    Pinky et Carotte sont insupportables mad

    Bien fait bad pour le poing dans ta face carotte ! Niak Niak Niak bad

    Ooooh..... Ulysse prend la défense de Beth et met à la porte les indésirables : Bien cool

    Ils sont sympas les potes d'Isla d'Ulysse !

    On dirait bien que Beth a un petit faible pour Ulysse :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :