• 177

    Ils entrèrent dans le bâtiment, les membres du conseil étaient en train de finir de prendre place. Beth et Trey s'assirent à leur tour, et la séance commença.

    - Bien, dit un homme en se levant, il semblait sans âge, ses cheveux grisonnant le situait à l'âge sénior mais son absence de ride... On avait l'impression qu'il avait seulement vingt ans, la séance est ouverte. Nous sommes ici pour juger Valentin O'Connor qui a transformé l'humaine Ivy Johnsson en l'une des leur sans le consentement de cette jeune femme et sans la prévenir de ce qu'il adviendrait.

    Ivy se colla contre Ruben, n'osant rien dire et attendant la suite.

    - Clan O'Connor, qu'avez-vous à dire pour votre défense ? demanda l'ancien.

    - Que mon fils est mon seul héritier, dit le chef de clan, je sais que la sentence à ceci est la mort, une vie pour une vie. Mais il ne peut pas mourir, je ne peux le remplacer, il est trop précieux.

    - Ce n'est pas la première fois qu'il y a un problème avec ton fils ! Lança un autre loup.

    - Paix, dit l'ancien sans élever la voix, nous prendrons cela en considérations.

    Eva regarda Ivy, se mordant la lèvre. Elle avait étrangement peur pour elle. Son petit frère la regardait aussi, leurs oreilles pointues et leurs ailes étant parfaitement visible maintenant. Montrant leur état d'elfe et de fée.

    - Bien, l'ancien écouta les différents arguments, comprenant peu à peu la gravité de la situation, tant pour l'humaine que pour le clan des loups. L'Alpha O'Connor proposa alors,

    - Tuons-là. Elle pose problème, éliminons le problème !

    - NON ! crièrent les trois Myrdyr présent.

    Ivy sursauta à l'exclamation de sa famille. Elle se mordit les lèvres, se rendant compte que la situation était compliquée. Elle réfléchit un peu, elle était prête à tout pour garder la vie.

    - Vous êtes sûr de ne pas avoir un autre fils, dit-elle en essayant de ne pas montrer sa peur, Après tous les loups garous sont connus pour coucher à gauche et à droite. D'ici que vous aillez engrosser une autre femme…

    Le loup se tourna vers elle, montrant les dents,

    - Nous ne pouvons pas faire tomber enceinte de louve qui ne soit pas notre compagne ! La mienne est morte en donnant naissance à mes enfants ! Valentin est le seul rescapé donc oui je suis sûr petite humaine.

    - Nous allons procédés à un vote, dit l'ancien, je n'ai pas d'autres solutions. Que ceux qui sont contre la mort de l'humaine lève la main.

    - Quatre mains autour de la table se levèrent, celle de Trey et Beth ainsi que celle d'Eva et son frère.

    - Ceux qui sont pour. Toutes les mains autour de lui ce levèrent à part celles des quatre ayant déjà voté et celle de l’ancien qui ne prenait jamais part au vote.

    L'ancien soupira.

    - A la majorité, vous Ivy Johnson êtes condamné à mort.

    - NON ! cria Ruben. Elle est la victime ! S'il vous faut une vie prenez la mienne !

    Beth regarda horrifiée son fils se lever et s'avancer au centre du U formé par les tables. Ivy eu un nœud dans le ventre au moment de la décision. Mais pourtant, elle était calme, prête à accepter son sort, elle allait s'avancer quand Ruben lui coupa la parole et se proposa de mourir à sa place.

    - Quoi ?! Non ! Tu ne peux pas faire ça Ruben !

    Ruben la regarda,

    - Tu es entrainé dans mon monde par ma faute, je n'ai pas sur te protéger et j'ai failli à mon devoir.

    Il se redressa et fixa l'ancien.

    - Moi chasseur-né Ruben Myrdyr donne ma vie en échange de celle d'Ivy. Elle est victime dans cette histoire et ne mérite pas le sort qui lui arrive. En échange de ma vie je veux que la sienne soit sauvé mais surtout qu'elle puisse être formée et instruite par ma famille.

    - Ce sera tout ? demanda l'ancien d'un calme olympien.

    - Une dernière chose. Que ma vie la protège aussi de toutes représailles des autres clans Loups si elle ne désire pas se mêler à eux.

    - Bien. Emmenez-le, dit-il aux autres chasseurs qui sortirent alors de l'ombre et empoignèrent Ruben pour le faire descendre.

     

    Beth mordait son poing. Son fils allait mourir pour protéger sa nièce. Elle ferma les yeux et se leva avant d'aller enlacer sa nièce.

    - Non, non, non, je refuse, Ruben, ne pars pas, dit-elle en voulant aller le rejoindre. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle voulait le retrouver mais sa tante l'enlaça, la retenant, Lâche-moi, on ne peut pas laisser Ruben mourir par ma faute !

    - Non, dit Beth en serrant sa nièce contre elle, il va mourir à cause de Valentin pas de la tienne. Tu n’y es pour rien dans cette histoire Ivy, dit Beth en la regardant. Il a fait son choix, il t’offre la vie Ivy.

    - Non, il doit bien avoir une autre solution ! Il ne peut pas être tué comme ça... Je veux aller le voir, dit-elle en essayant de se dégager.

    L’Ancien s’approcha des deux femmes.

    - Jeune louve, Sorcière, dit-il en s’adressant à elle, vous pourrez voir le chasseur ce soir au lever de la lune. Pas avant. Il… Doit être préparé. Un autre chasseur naîtra dans votre famille sous peu, dit-il à Beth. Vous ne resterez pas sans protection.

    - Je… D’accord, dit la jeune femme un peu perdue. Il ne pourrait pas y avoir un enfant rapidement dans la famille. Sauf peut-être du côté de la famille de son père ? Mais ils s’étaient tous un peu éparpillé. Son oncle et sa tante Eddwin et Maëlynn vivaient à Twinbrooks avec leurs enfants et petits-enfants, et son autre tante Maïween… elle était décédée il y a des années sans enfants. Elle se demanda comment cela pourrait arriver mais ne s’interrogea pas plus, l’Ancien les priait de sortir.

    - Non reviendrons dès le lever de la lune, dit-elle à l’Ancien qui hocha la tête.

    - Je n’en attends pas moins de vous.

     

    Ivy continuait de pleurer à chaude larme, elle n'arrivait pas à croire ce qu'il se passait. Ruben allait mourir à cause d'elle et tout le monde restait stoïque.

    Beth sortie retenant ses larmes cependant une fois dans la voiture elle fut incapable de se contenir plus longtemps et fondit en larmes comment allait elle annoncer ça à Ulysse ? Que leur fils cadet allait mourir ? A sa fille ? Sa petite Eden déjà si fragile émotionnellement comment pourrait-elle le supporter ?

    - Je suis désolé, dit Trey la gorge serrée en voyant l’état de sa fille, je...

    - Ne dit rien papa, ce n'est pas ta faute mais celle des O'Connor, dit Beth entre ses dents. Tandis que le vieil homme conduisait la voiture jusque leur domicile.

     

    Ivy était restée dans la voiture, elle n'avait pas envie d'en sortir, cela faisait maintenant depuis des heures qu'elle pleurait sans s'arrêter. Malgré ce que Beth avait dit… Elle n'arrêtait pas de répéter que Ruben allait mourir par sa faute, par sa faute et elle n'arrivait pas à se détacher de cette idée

    Joachim était arrivé peur de temps après que son grand-père se soit garé devant la maison. Il écoutait Ivy pleurer et à l'intérieur ils entendaient sa mère et son père. Sa mère pleurait et son père pestait. Il voulait sauver Ruben et Ivy même s'ils savaient pertinemment qu'il n'y avait rien à faire. Et lui, lui devait rester fort pour tout le monde, faire son insensible. Il ne pouvait même pas appeler Lucy pour lui raconter. Il ouvrit la portière et attrapa Ivy la serra de toutes ses forces contre lui. Il allait perdre son jumeau, mais elle... Elle...

    - C'est ton âme sœur n'est-ce pas ? dit-il d'une voix douce en serrant sa cousine contre lui. Il avait mis de côté la discussion qu’il avait eue plus tôt avec Samiael. Chamboulé par les révélations de son frère.

    - Je... Je ne sais pas mais oui, surement. Toutes ces notions sont nouvelles pour moi mais, ce que je sais actuellement, c'est que si je perds Ruben... Une partie de moi va mourir avec lui.

    Joachim la serra contre lui.

    - Je comprends... mais s'il te plaît il n’aimera pas te savoir comme ça.

    - Je ne peux pas me sentir autrement.

    - Je sais... mais s'il voit que tu es aussi mal... il risque de faire pire Ivy. Et il ne se le pardonnera jamais si tu souffres encore plus de tout ça.

    - Je ne savais pas qu'il y avait pire que la mort, dit-elle, un peu aigrie.

    - Pire que la mort ? La damnation. Être coincé entre les monde des morts et ici. En ayant constamment faim, froid, soif, ne pouvant se donner la mort pour abréger ses souffrances ayant un besoin constant de l’autre et ne jamais pouvoir le satisfaire.

    Ivy rit jaune,

    - Mon dieu, vous et toute vos lois, pouvoirs, monde... J'étais bien plus heureuse en ignorant tout cela.

    Joachim lui caressa doucement la tête,

    - Je sais... je suis désolé que tu aies été mêlée à tout ça. Si je pouvais, je remontrais le temps pour empêcher que tout cela n’arrive...

    - Vous n'avez pas ça dans votre panoplie de super pouvoir ?

    - Seul l'ancien en a le pouvoir... mais il refuse de s'en servir. Une histoire de libre arbitre qui serait alors détruit, soupira Joachim. Une lueur douloureuse brillait dans ses yeux mais il essayait de ne pas le montrer. Il s’y refusait. S'il s'écroulait tout le monde autour de lui partirait en vrille.

    - Je regrette d'avoir posé la question, soupira-t-elle.

    - Ca fait partie de ton libre arbitre de la poser.

    - Oui mais la réponse ne me plait pas.

    - Je ne mens pas désolé. Même pour faire plaisir.

    Ivy soupira, Ruben lui manquait déjà, à la place de Joachim, il aurait dit une petite phrase ironique pour détendre l'atmosphère mais Joa lui était sérieux. Trop sérieux. Elle repoussa Joachim d'un mouvement d'épaule avant de dire,

    - J'ai besoin d'être seule.

    Il la regarda ne sachant que faire avant de finalement dire,

    - Tu es un très joli panda... Mais je crois que mon frère te préfère au naturelle...dit-il avant de sortir de la voiture.

    Ivy essuya son maquillage qui avait coulé avec sa manche tout en haussant les épaules.

    - Peu importe, ça n'a plus d'importance maintenant...

     

    La fin d’après-midi se déroula dans une atmosphère étrange. Beth et Ulysse s’était retirer dans leur chambre avec Eden. Lorsque la petite fille en sortie elle avait les yeux rouges et elle s'enfuit de chez elle. Beth essaya de la rattraper mais Ulysse l’en dissuada.

    - Elle va dans le parc en face regarde

    - Elle est trop petite pour partir ainsi toute seule ! Dit Beth en regardant sa cadette traverser.

    - Elle a besoin de temps tout comme nous... dit le blond a son épouse.

    Beth ferma les yeux et hocha la tête la gorge serrée.

    « 176:178: »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Décembre 2019 à 12:13
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :