• 176:

    Lorsque Ruben gara la voiture devant sa maison, toute sa famille les attendait.

    - Que se passe-t-il ? demanda Ruben en sortant de la voiture.

    - La réunion a été avancée.

    - La réunion ? demanda Ivy stressée.

    - Le jugement, précisa Trey.

    - A quand ?  demanda Ruben, son esprit carburant à toute allure. Il aurait du avoir largement le temps avant, il aurait du avoir le temps de voir Samiael, à qui il avait donné rendez-vous. Il cligna des yeux alors qu’une micro-vision lui parvenait tandis que son grand-père répondait.

    - Maintenant.

    - Joachim, tu peux aller dans le parc s’teu plait. J’ai donné rendez-vous à Samiael… Va falloir que tu lui parles à ma place. Joachim soupira mais hocha la tête et se dirigea vers le parc sans plus d’explication, son jumeau avait le chic pour l’évincer des choses importantes…

    Trey entraina sa fille et son petit-fils vers sa voiture, laissant Ulysse et Eden retourner à l’intérieur. Ulysse étant un non-magique, il ne pouvait y assister et d’un commun accord, tous avait estimé qu’Eden était trop jeune et instable pour y participer. La route sembla à la fois durée une éternité et être incroyablement courte. Il fit signe à Ivy de le suivre avant de les emmener dans le bâtiment.

    Ivy était angoissée. Elle prit la main de Ruben avant de lui jeter un regard plein d'anxiété,

    - Ruben... Je ne le sens pas...

    Ruben serra la main d'Ivy.

    - Tout vas bien se passer Ivy, ne t'en fais pas dit-il en serrant sa main, quand bien même l’angoisse lui tordait le ventre mais il ne devait rien montrer, c’était un chasseur-né. Ivy déglutit, malgré Ruben qui essayait de la rassurer, elle se sentait toujours mal. Toutefois, elle ne le dit rien et le suivi.

     

     

    Joachim attendait patiemment dans le parc face à sa maison. Son jumeau le fatiguait, il avait donné rendez-vous à un gamin... et finalement n'y allait pas parce qu’il était parti à Bidgeport avec leur cousine et que le jugement était avancé. Il avait une copine lui ! Lucy avait besoin de lui, avec son traitement pour sa leucémie qui était lourd, il voulait être présent mais non, il se retrouvait à attendre un gosse devant chez lui pour une raison qu'il ne connaissait pas, son frère lui avait dit qu'il saurait en le voyant. D’autant plus, il avait imaginé une autre façon que de passé son après-midi de ses 18 ans, déjà avec le jugement il aurait du y être, puis rejoindre Lucy maintenant ses plans étaient chamboulés.

    Merci Ruben, j'ai pas tes micros visions moi, pensa Joachim en soupirant.

     

    Sa mère ne le laissait que rarement sortir de la maison, après tout, Sam était encore qu'un enfant, et un enfant de son âge ne devait pas vadrouiller en ville sans aucune raison. Mais il devait aller au rendez-vous fixé par Ruben, alors il avait prétexté vouloir aller à la bibliothèque. C'était l'un des rares endroits où il avait le droit d'aller seul, puisque ce n'était pas très loin de chez lui.

    Il se dirigea cependant vers le parc, le cœur battant, se triturant nerveusement les doigts. Toute cette histoire l'angoissait terriblement.

    Quand il arriva au parc, il remarqua avec encore plus d'angoisse que Ruben ne l'attendait pas. C'était quelqu'un d'autre, qui lui ressemblait, certes, mais ce n'était pas lui.

    Joachim vit un petit garçon arriver et se figea. Chasseur. Ce gamin était un chasseur-né.

    - Ruben ? Demanda le jeune homme en s'approchant du petit.

    Pris de court, Sam paniqua et regarda partout autour de lui, perdu. Que devait-il répondre ? L'autre semblait vraiment étonné de le voir, qu'est-ce qu'il avait donc ?

    - Euh non, moi c'est, euh, c'est Sam, Samiael, et euh... Il est où Ruben ? Parvint-il à bégayer stupidement.

    - Excuse-moi, j'ai encore dit la moitié de mes mots... Ruben m'envoie, n'ait pas peur. Je suis son jumeau, il tiqua sur le prénom du jeune homme, le Samiael d'Eden ?

    - Euh, oui, Eden est mon amie.

    Il avait utilisé le présent car malgré son éloignement forcé pour leur bien, il la considérait toujours comme son amie, même si ce n'était sans doute plus réciproque.

    Joachim hocha la tête, il désigna le banc non loin,

    - Tu veux bien qu'on discute un peu ? demanda-t-il, je crois qu’on a pas mal de choses à se raconter, dit-il commençant à comprendre pourquoi son frère l'avait envoyé.

     

    Il entendit son jumeau s'adresser à lui par la pensée, lui demandant de rester avec Samiael jusqu'à leur retour, qu'ils allaient au Conseil à présent. Joachim se retint de lever les yeux au ciel, encore une fois, son jumeau le mettait à l'écart, il ne répondit pas de toute façon il n'avait pas le choix, et d'entre eux deux, c'était lui le médium.

     

    Le cœur de l'enfant rata un battement. Des choses à se raconter ? Il ne voyait pas vraiment ce qu'il pourrait bien lui dire, peut-être qu'il allait lui expliquer ce que son frère avait voulu dire quand il lui avait dit qu'il était un chasseur né ? Mais il s'était forcément trompé, Sam n'était pas puissant du tout, au contraire.

    Mais il ne put faire autre chose que de hocher la tête et de suivre Joachim sur le banc.

    Faisant la moue, trop timide pour lever la tête, Sam observait ses jambes qui se balançaient.

    - Tu veux qu'on discute de quoi ? demanda-t-il, inquiet.

    Joachim avait l'impression d'effrayé le petit garçon,

    - Hey, je vais pas te manger tu sais, dit-il en s'asseyant près de lui, et bien... déjà, je pense que tu dois avoir pas mal de questions non ?

    - Eh bah...

    Sam essayait de se mettre un peu plus à l'aise. C'était vrai, après tout, Joachim n'allait pas le manger.

    - J'ai pas compris pourquoi il a dit que j'étais un chasseur-né. Faut être puissant pour en être un, je crois, et je le suis pas.

    - Tu sais, on ne nait pas tout-puissant, nous devons être formé comme tout le monde, seuls Merlin et Morgane sont nés en pleines possession de leur pouvoir. Mais, on se reconnaît entre chasseurs, l'énergie des pouvoirs est différente, et du fait que tu sois de deux lignés... Tu es destiné à devenir quelqu’un de fort, pas forcément avec tes pouvoirs, tu peux être un chasseurs-né plus physiques que psychiques, stratégiques, même si générale on nous apprend à utiliser tous nos atouts. La puissance s'acquière avec le temps.

    Sam acquiesça, tout en assimilant les informations qu'on lui donnait.

    - Mais pourquoi je suis un chasseur né ? Y'a quoi en moi qui fait que j'en suis un ?

    Il n'avait jamais compris comment lui pouvait en être un et pas d'autres.

    Joachim chercha ses mots, il ne savait pas trop comment expliquer cela, lui-même ayant encore du mal à comprendre ce qui faisait de lui un chasseur-né. Il resta silencieux un instant avant de reprendre. Ruben était plus doué que lui là-dessus et pourtant c’était Joachim qui était bien souvent le plus mental d’eux-deux.

    - Et bien, souvent nous avons des valeurs plus fortes que les autres, nous cherchons toujours justice, à protéger les personnes auxquels on tient quitte à prendre les coups à leur place, à leur faire du mal pour les protéger... Ensuite comme je te l'ai dit, c'est notre énergie qui est différente, tu as appris à sentir les énergies ou pas encore ?

    Sa petite sœur l'avait appris très tôt, mais là encore c'était une exception, tous les enfants de son âge ne maîtrisaient pas cet exercice même s'il faisait partie des bases pour pouvoir apprendre à contrôler ses pouvoirs. Sam se gratta la tête, chercha dans sa mémoire ce qu'on lui avait appris de la magie. Il avait quelques facilités, apparemment, c'était à cause de son sang un peu spécial, un sang de Vanek, on lui avait dit sans qu'il ne puisse comprendre, mais sentir les énergies, il ne lui semblait pas qu'il puisse le faire, tout du moins, pas encore. Il secoua négativement la tête, un peu perdu. Joachim le regarda et réfléchit.

    - Tu as appris à te mettre en méditation ?

    - Je... je crois pas...

    En vérité, Sam n'avait pas beaucoup appris. Il n'aimait pas se mélanger avec les autres sorciers de son âge pour apprendre la magie. Il préférait éviter tout ça, au détriment de ses pouvoirs.

    - Il faut que tu fasses le vide dans ton esprit, et que tu trouves l'endroit où tu perçois la magie. Tu as dû l'apprendre pour pouvoir faire appel à tes pouvoirs simplement, enfin normalement, dit-il avec un sourire, je ne sais pas comment vous apprenez à utiliser la magie dans les autres clans.

    - Ah oui, peut-être... j'oublie toujours les noms, en fait... avoua-t-il timidement.

    Il fallait toujours qu'il passe pour un imbécile...

    - C'est rien, les noms des techniques c'est toujours compliqué, rit Joachim.

    Sam balança ses jambes trop petites pour atteindre le sol, embarrassé. Il ne savait pas trop quoi dire à Joachim. En vérité, il n'avait rien à lui dire, il ne comprenait toujours pas trop ce qu'il faisait ici, ce qu'il lui voulait vraiment. Le silence était vraiment pesant pour lui.

    - Et je dois faire quelque chose de spécial, vu que je suis un chasseur-né ? Du genre apprendre d'autres choses que les sorciers normaux ?

    Joachim hocha la tête,

    - Tu vas devoir apprendre à te battre pour protéger ceux que tu aimes mais aussi à tuer pour le conseil. Les chasseurs-nés sont à la fois la police et les exécutants. Mais ceux que nous tuons ne sont jamais innocents.

    Sam blêmit,

    - Tu...tuer ? bafouilla-t-il, apeuré.

    Il ne voulait tuer personne, même le méchant William, il ne voudrait pas le tuer... Et pourtant, il le détestait plus que tout.

    - Rassures-toi, cela reste rare et ce sont toujours les plus âgés qui tue, mais tu vas devoir apprendre les gestes qui tue. Il y arrivera un moment où ton sens de la justice deviendra si fort que tu comprendras plus le "une vie pour une vie".

    L'enfant déglutit, mais hocha tout de même la tête en signe de compréhension. Néanmoins, il avait maintenant une boule dans son ventre, et toute cette histoire l'angoissait un peu. Il n'avait pas vraiment hâte que ça arrive. Joachim vit bien qu'il avait mis l'enfant mal à l'aise. Il chercha comment le rassurer, mais il n'avait pas l'habileté de son frère dans ses cas-là. Il était peut-être jumeau, ils étaient tout de même bien différents. Il se passa une main derrière la nuque.

    - Enfin, ce n'est pas ce que nous apprenons dans la formation, mais plutôt à rendre inoffensif, en les maîtrisant ou les faisant sombrer dans l'inconscience. Je sais que ce n'est pas un rôle qui est assez idéalisée par ceux qui ne sont pas chasseur-né... Mais... Il est extrêmement important et malheureusement... On ne peux pas y échapper, que tu veuilles l'être ou non, il faut que tu suives l'entraînement... Il s'arrêta regardant le petit garçon. Est-ce que tout va vraiment bien ? Demanda-t-il ayant l'impression que quelque chose rongeait Samiael.

    Le cœur de Sam cognait contre sa poitrine, il balançait nerveusement ses jambes dans le vide, vers l'arrière, vers l'avant, vers l'arrière, vers l'avant... En rythme avec son cœur, lui semblait-il. Comme beaucoup d'enfants, il avait regardé les chasseurs-nés avec admiration, mais il avait toujours su que ce serait quelque chose qu'il serait incapable de faire, il n'en avait pas l'étoffe. Il était trop faible et trop lâche, malgré tous ses efforts. Il n'était pas sûr de vouloir en être un, mais il n'avait pas le choix, Joachim venait de lui dire.

    - Oui, ça va, c'est juste... je m'y attendais pas...

    - Je comprends, dit-il, réellement. Il revoyait son frère, il n'avait jamais voulu être un chasseur-né, il était avant tout guérisseur pourtant... Il était pourtant un excellent chasseur-né, sûrement l'un des meilleurs de leur génération et le duo des frères Myrdyr étaient craint chez ceux qui enfreignaient les lois. Il posa doucement une main sur l'épaule du garçon,

    - Tu vas apprendre à faire ce que tu as à faire. Je ne dirais pas que tu vas aimer... On aime jamais une certaine partie de notre travail, mais il y a beaucoup de paroles, de dialogue, empêcher les gros conflits... et aussi soignés pour ceux qui en ont les capacités, comme Ruben, dit-il espérant pouvoir rassuré un peu le jeune. Je sais que tu es encore jeune, mais tu vas grandir, et te forger ta personnalité, tes opinions, tout cela tu vas prendre confiance en toi, gagner en force, physique et mentale, tu vas te renforcer partout, et... on peut t'y aider, te former, Ruben et moi, dit-il avec un sourire se voulant rassurant. Sam releva la tête et rencontra le regard de Joachim, ainsi que son sourire, qui fut contagieux. Un léger sourire se dessina sur ses petites lèvres et il dit de sa faible voix, 

    - Merci. Je... je vais essayer de faire de mon mieux.

    Joachim fut rassuré de voir qu'il avait réussi à l'apaisé au moins un peu.

    - Je n'en doute pas, dit-il souriant doucement. Il le regarda ensuite un peu plus gravement, tu veux bien m'expliquer ce qu'il s'est passé avec Eden ? demanda-t-il ensuite.

    Le regard de l'enfant s'assombrit immédiatement, et il baissa la tête. Il regarda quelques temps ses jambes se balancer, en avant, en arrière, en avant, en arrière. L'histoire avec Eden lui faisait encore mal au cœur, il était encore tellement triste, même s'il essayait de ne pas le montrer. Le soir parfois, il pleurait, totalement frustré de l'avoir vue la journée sans pouvoir aller la voir et lui parler.

    - C'est une Merlinoise, commença-t-il. Moi, je m'en fiche, mais pas les autres. C'était trop dangereux que je reste ami avec elle. Ils lui auraient fait du mal... expliqua-t-il, la voix brisée.

     Joachim posa à nouveau une main apaisante sur l'épaule de Samiael.

    - Comment lui aurait-il fait du mal ? demanda-t-il, t'en ont-ils fait à toi ?

    Sam porta une main à son œil où il avait reçu un coup.

    - Oui, parce que j'étais ami avec l'une d'entre vous... Ils...

    Il ne savait pas s'il avait vraiment envie de lui dire. S'il dévoilait tout, et que William et sa bande découvraient qu'il était la balance... Il n'osait l'imaginer.

    Joachim le regarda,

    - C'est encore douloureux ? Demanda-t-il, il n'était pas guérisseur mais pouvait au moins essayer d'apaiser la douleur. Il l'écouta,

    - Ils ? Ne t'inquiète pas, personne ne te fera de mal, et si on te demande tu pourras toujours dire que c'est parce que je suis venu te sermonner pour ton comportement avec ma sœur, dit-il, ce que tu me diras restera entre nous... enfin Ruben saura aussi, parce que nous sommes jumeaux mais personne d'autre, Je te le jure, dit-il. Et il savait que le petit le croirais, les promesses des chasseurs étaient inviolables.

    - Plus vraiment...

    Ca faisait toujours un peu mal, mais ça ne lançait plus comme avant.

    - Ils l'ont menacée... avoua-t-il. Ils ont dit qu'ils lui feraient du mal, si je continuais à être vers elle.

    Et ils ne devaient jamais savoir qu'il venait de le dire à quelqu'un. Son petit cœur battait de plus en plus vite Joachim serra les dents. Il s'en doutait, personne ne se laissait taper dessus par plaisir. Il serra doucement l'épaule de Sam'

    - Ils ne pourront pas lui faire du mal. Nous sommes là, et ils savent très bien qu'agresser ouvertement une merlinoise déclencherait des conséquences qui les dépassent. Il s'arrêta regardant Samiael, en revanche ils risqueront de vouloir s'en prendre à nouveau à toi si tu ne suis pas ce qu'ils te disent aussi...

    Joachim se tut, réfléchissant. Il avait l'impression qu'ils étaient dans un dilemme et les deux enfants en souffraient, tant sa petite sœur que Samiael.

    - On va trouver une solution... dit-il, d'un air sérieux, presque trop. Il savait que sa petite sœur n'avait que peu d'amis à l'école, Samiael était l'un des seuls qu'elle avait réussi à se faire avant que les morganiens ne décident de s'en mêler.

    Les yeux du garçon se remplirent de larmes qu'il ne s'autorisa pas à laisser couler devant cette personne qu'il ne connaissait presque pas, et il sourit. C'était tout ce qu'il cherchait désespérément, une solution. Mais au moins, il était rassuré. Ils ne toucheraient pas à Eden. Joachim vit bien que le petit garçon retenait ses larmes, il décida donc de changer de sujet,

    - Est-ce que tu veux que je te montre une technique de base pour les chasseurs-nés ?

    Il espérait lui changer l'esprit, et peut être l'aider. Il ne savait pas pourquoi ces gamins s'en prenaient à lui, sûrement parce qu'il était différent. Mais il lui en parlerait s'il le souhaitait, il l'avait assez questionné pour le moment. Sam refoula ses larmes et inspira longuement, avant de relever une nouvelle fois la tête vers Joachim.

    - Pourquoi pas ? Accepta-t-il, à moitié curieux.

    Il se demandait bien ce que ça pourrait être. Joachim se leva en souriant avant de s'asseoir à nouveau en tailleur à même le sol, il regarda Samiael, son visage se modifiant devenant rassurant tout comme l'atmosphère autour d'eux en quelques instants seulement.

    - Ca, ce que je viens de faire c'est l'apaisement, on peut lui imprimer le sentiment que l'on souhaite en fonction du besoin. C'est l'une des premières choses qu'un chasseur apprend tant pour lui-même, après avoir maîtrisé la méditation, que pour son travail.

    Il sentit les battements de son cœur se calmer, sa poitrine ne lui faisait plus mal, ses jambes cessèrent de se balancer si frénétiquement, les traits de son visage se décrispèrent. Il se sentait... apaisé. Il sourit.

    - C'est génial, murmura-t-il.

    Joachim sourit, parfaitement d’accord avec lui, il aimait beaucoup ce pouvoir et l’utilisait très souvent, tant pour lui-même que pour d’autres, dans sa vie de tous les jours.

    - C’est assez proche de l’état pour se mettre en méditation, sauf qu’une fois que tu t’es concentré, tu visualises une atmosphère que tu souhaites transmettre autour de toi, comme une bulle, un cocon qui t’entoure toi et celui ou ceux que tu cherches à atteindre, expliqua calmement Joachim.

    Ce pouvoir semblait bien. Il avait presque hâte de découvrir comment l'utiliser. Même s'il y avait certaines choses à propos de devenir un chasseur-né qui le dérangeaient, comme tuer des gens, même pour la justice, ce pouvoir semblait, pour son âme d'enfant, valoir le coup.

    - Quand est-ce que je pourrais faire ça moi aussi ? demanda-t-il.

    - On peut commencer à t'entraîner à partir de demain, et si tu es aussi rapide à apprendre que tu en as l'air, en quelques jours… Je pense dans le pire des cas, dit Joachim. Il s'arrêta un instant, fronçant les sourcils en sentant la présence de sa famille s'approcher de la maison. Mais leur aura était... lugubre.

    -  il va falloir que je rentre… Il y a un problème....  dit-il son visage palissant à mesure où il suivait le fils de ses pensées de son frère qui relatait des événements s'étant déroulés durant le conseil. Il pâlit,

    - Attend..., il jura, il faut que je parte... attends-moi ici... Si je ne suis pas revenu dans dix minutes... vas-y, je passerais par Eden pour te contacter d'accord ?

    L'urgence s'entendait dans son ton, il jeta un regard au garçon avant de lui presser gentiment l'épaule puis de partir.

    « 175:177 »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Décembre 2019 à 12:08

    Samiael est trop mims ;-;

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :